Assises nationales de l’éducation : Plus que l’étape de la validation du document à franchir

455 0

Le ministère en charge de l’éducation nationale a officiellement ouvert ses 3 jours d’atelier de validation du document de base des assises nationales, ce mercredi 4 août 2021. Durant ces 3 jours, un comité examinera le contenu dans le document, afin de proposer des réajustements avant sa finalisation.

Le comité chargé de réexaminer le document de base des assises nationales de l’éducation est composé de partenaires sociaux, partenaires financiers, et acteurs de l’éducation qui n’ont pas assisté à l’élaboration du document.

Ce document a été élaboré après 2 semaines de réflexion. Selon le ministre en charge de l’éducation nationale, le Pr Stanislas Ouaro, ce comité réuni sera présent comme observateur. «  Ils seront réunis pour examiner, amender et valider le document qui va servir de document de base pour l’organisation des assises nationales, cela pendant 3 jours. On ne peut pas aller aux assises sans un document de base et c’est cela que nous préparons », a-t-il dit.

À l’entendre, toutes ces démarches d’inclusion initiées depuis le début jusqu’à cet atelier entre en droite ligne avec leur ambition d’inclure toute la couche sociale à ce processus. En effet, fort de plus de 200 membres, le comité sera chargé d’examiner plusieurs dossiers liés à la question de l’éducation au Burkina Faso.

« Ce sont les documents de travail de l’assise qui sont entrain d’être préparés. On a souhaité que cela soit suffisamment participatif, de façon à ce qu’on ait des documents qui favorisent des échanges et prises de décisions. Plusieurs questions liées à l’éducation au Burkina seront à l’ordre du jour », a-t-il expliqué.  


Concernant la question des réformes liées  à l’organisation des examens, le ministre a indiqué qu’elle fait partie des questions qui feront l’objet d’amendements . « Je ne peux pas vous dire concrètement qu’est-ce qui va être revu. C’est à l’issue des assises nationales qu’on pourra vous dire voilà ce qui va être revu. 

L’objectif des assises est de faire un diagnostic du secteur. Bien évidemment, la question des réformes liées  à l’organisation des examens et les grossesses en milieu scolaire feront aussi l’objet d’échanges au cours de ces assises. Aucun sujet n’est tabou, donc, toutes les questions seront abordées », a-t-il argué.


La rencontre a été présidée par le chef du gouvernement, Christophe Dabiré. « En 5 ans, 27% du budget est revenu au secteur de l’éducation et de la formation. Cela montre à quel point il compte dans notre politique. Donc, cet atelier est une étape très importante pour le système éducatif. Il permettra aux  experts  de relever les insuffisances liées à ce document afin de trouver des résultats finaux », a déclaré le Premier ministre. 

Abdoul Gani Barry

Burkina 24



Article similaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *