Bonne gouvernance : Des Tchadiens vivant au Burkina Faso cogitent à Ouaga

408 0

Le Forum de la diaspora tchadienne vivant au Burkina Faso a eu lieu ce samedi 7 août 2021 à Ouagadougou. Ce forum a été tenu sous le thème « La contribution à l’amélioration de la bonne gouvernance, à l’unité et à la paix au Tchad ». Le but est de contribuer  à trouver des solutions contre les maux qui minent la bonne gouvernance, l’unité nationale et la paix au Tchad. 

Selon le président de la communauté tchadienne au Burkina Faso (CTBF), Dr. Djim Doumbe Damba, le Tchad est confronté à plusieurs maux d’où la nécessité de la tenue de ce forum.

« Depuis son accession à l’indépendance jusqu’à nos jours, le Tchad, notre pays, a été sans cesse le théâtre de troubles liés à des dissensions internes marquées par des multiples rebellions, des tendances politico militaires, des divisions communautaires mais surtout la mauvaise gestion socio-économique.

Cependant des tentatives de réconciliation et de résolution des conflits à travers des tables rondes, la conférence nationale souveraine, des états généraux et autres se sont soldées par des échecs », a-t-il laissé entendre.

A l’entendre, les facteurs de blocage et de bonne gouvernance sont entre autres dus au taux d’analphabétisme élevé dans l’armée, l’ignorance des obligations de la députation, la faible rémunération des magistrats, la corruption accrue dans l’administration.

« Des pistes de solutions adaptées pour faire face aux problèmes ont été identifiées. Nous pouvons retenir la formation des FDS, l’exigence de niveau d’étude des candidats à la députation, l’augmentation des salaires des députés, la dépolitisation de la fonction publique », a-t-il indiqué.


D’après le président, depuis le décès de l’ex président du Tchad Idriss Déby le 20 avril 2021, le pays est plongé dans une situation de turbulence et d’instabilité socio-politique. « Ces derniers temps, on assiste à des manifestations et contestations accompagnées de nombreuses prises de position, tant à l’intérieur du pays qu’au niveau de la diaspora. C’est pourquoi il est temps pour nous de tirer des leçons de nos incompréhensions, divisions et querelles stériles qui ne font que détruire notre pays », s’est-il exprimé.

Il faut rappeler que ce forum précède la rencontre de ladite communauté du 13 mai 2021. Ainsi le président a souhaité que, de ces échanges « participatives et inclusives », des propositions pertinentes ressortent pour une contribution à la bonne gouvernance au Tchad.

Debora DARGA (stagiaire)

Burkina 24



Rédaction B24

L'actualité du Burkina 24h/24.

Article similaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *