TGI Ouaga II : 20 ans fermes contre d’anciens berger et orpailleur reconvertis en terroristes

784 0

Le Tribunal de grande instance Ouaga II a jugé, le mardi 10 août 2021, deux présumés terroristes. Pour avoir attaqué et incendié l’école primaire de Bafina dans le département de Barsalgho (Région du Centre-nord) le 2 mai 2018, N.A et D.A sont poursuivis pour association de malfaiteurs en lien avec une entreprise terroriste, détention illégale d’armes à feu et de munitions, destruction volontaire de biens et vols. 

A la barre, les deux prévenus se sont défendus sans l’assistance d’avocats. D.A, berger, s’est enrôlé dans le groupe terroriste Ansarul Islam, jadis dirigé par Malam Dicko, en 2018. Il a détaillé ses motivations. « Ce n’est pas par manque d’argent ni de travail » qu’il se serait engagé, mais « pour défendre la religion (…) Nous voulons imposer la charia ». A cet effet, D.A, a vendu un de ses taureaux pour s’acheter une Kalachnikov à 430.000 FCFA.

Quant à N.A, orpailleur, ses motivations ne diffèrent pas. « Je sais qu’il y a la loi du Burkina Faso. Mais cette loi ne s’applique pas à notre religion. C’est pour ne pas répondre dans l’au-delà que j’ai refusé de les suivre (…) Nous sommes sortis pour faire appliquer la charia (…) Nous ne cherchons pas l’argent. Nous cherchons Dieu. Nous savons que si on nous arrête, on peut nous tuer, mais c’est l’au-delà que nous cherchons », a-t-il expliqué devant les juges.

Pour atteindre leur objectif, une mission leur a été confiée par un de leur « chef », sans le nommer. Celle-ci consistait à attaquer les Koglweogo de Guimbila, dans le Centre-nord. « La mission était d’attaquer les Koglweogo. Quand nous sommes arrivés, c’était un jour de marché et ils n’étaient pas armés. En rentrant, notre chef d’unité a dit d’attaquer l’école », relate l’orpailleur N.A. reconverti en terroriste.

Après leur forfait, le groupe est reparti avec deux motocyclettes, dont celle du Directeur de l’école et d’une enseignante, des téléphones portables et de la liquidité. Une partie de l’école est partie en fumée. Les ratissages opérés ensuite par les Koglweogo ont permis de mettre la main sur deux membres du groupe terroriste.

Après les débats, le procureur, convaincu de la culpabilité des accusés a requis une peine ferme de 20 ans contre les deux prévenus, peine assortie d’une période de sûreté de 15 ans. Il a aussi requis la confiscation des armes, deux Kalachnikov, utilisées lors de l’attaque de l’école. Au verdict, le Tribunal a reconduit les peines requises par le procureur.

Le directeur de l’école et l’enseignante qui se sont constitués partie civile seront dédommagés. Les désormais coupables sont condamnés à verser, solidairement, la somme de 2.975.494 FCFA au directeur de l’école et la somme de 758.000 FCFA à l’enseignante.

Les deux coupables ont un délai de 15 jours pour faire appel.



Ignace Ismaël NABOLE

Journaliste reporter d'images (JRI).

Article similaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *