Tech : Un prototype de soutien-gorge intelligent facilitant la détection du cancer du sein

Posté le at 14h33
431 0

Deux chercheurs de l’Université de Sherbrooke ont développé un prototype de soutien-gorge intelligent qui permet de déceler plus rapidement le cancer du sein. Cette technologie portative suit l’évolution de masses cancéreuses, sans que les femmes aient à se déplacer à l’hôpital.  

Selon le site d’information “ICI.RADIO-CANADA”, le prototype a été créé par Elijah Van Houten, chercheur au Centre de recherche du CHUS, et Alexis Lussier Desbiens, chercheur à l’Institut interdisciplinaire d’innovation technologique. Cette avancée majeure dans le domaine pourrait permettre de changer l’expérience des femmes dans un avenir plus ou moins rapproché.

De nombreux avantages

Contrairement à la mammographie traditionnelle, ce soutien-gorge intelligent ne requiert aucune compression de la poitrine.

Toutes les femmes vont comprendre cet avantage-là, parce qu’une mammographie, ça fait une compression jusqu’à un à deux centimètres d’épaisseur, ce qui est très inconfortable, affirme M. Van Houten. « C’est quelque chose qu’on peut porter tous les jours, ce [qui permet] d’augmenter la fréquence de dépistage significativement », explique Elijah Van Houten, chercheur au Centre de recherche du CHUS.

« Aucun rayon X n’est nécessaire pour examiner les anomalies dans le sein. Nous prenons des mesures sur la surface du sein. En faisant une interprétation des mouvements naturels, on est capable de détecter s’il y a une masse dangereuse », poursuit-il.

                                                Un suivi à distance

Cette technologie vise à assurer le suivi d’un plus grand nombre de femmes, dont celles qui vivent dans des communautés éloignées.

Elijah Van Houten affirme que même si ce soutien-gorge est bien réel dans l’esprit des chercheurs, il n’est pas encore réalisé. « On se dirige vers le développement d’une équipe avec un partenaire industriel pour plus d’améliorations sur le prototype. Éventuellement on ira vers les tests cliniques », précise-t-il.

La Société canadienne du cancer a octroyé une subvention de près de 150 000 $ pour mener à bien ce projet. Il faut noter que des femmes testeront le prototype d’ici la fin de l’année.

 

 



Article similaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *