Cameroun : À la découverte du patriarche Issa Balarabé, un monument du RDPC dans le diamaré

222 0

Ceci est un écrit du Dr David Eboutou, Historien et Consultant Média intitulé “CAMEROUN / À LA RENCONTRE D’ALHADJI ISSA BALARABÉ : ICONOGRAPHIE D’UN OCTOGÉNAIRE QUI AURA DEVOUÉ TOUTE SA VIE AU MILITANTISME POLITIQUE”.

Au Cameroun, lorsqu’on  évoque les grands succès prêtés au Rassemblement Démocratique du Peuple Camerounais (RDPC) ou encore ceux qui incarnent son histoire dans la Région de l’Extrême Nord ,plus précisément dans le Département du Diamaré, il y a indéniablement en position d’hégémonie, Ie Patriache ALHADJI ISSA BALARABÉ.

MAIS QUI EST ALADJI ISSA BALARABÉ ?

ALHADJI ISSA BALARABÉ est un Haoussa Peul né à Maroua, Capitale régionale de l’Extrême Nord du Cameroun en 1935. C’est dans cette localité qu’il y fera l’ensemble de son cursus scolaire avant de se lancer dans les activités agro-pastotales et quelques temps après, politiques, après s’y être découvert une très grande passion de management d’hommes mais surtout , de philanthrope doublé d’un humaniste exceptionnel le reconnaissent les siens.

TRAJECTOIRE POLITIQUE…

C’est à l’âge de 23 ans qu’il se lance bras et poings liés en politique. Il s’engage avec hargne dans les activités de l’Union Camerounaise (UC) devenue en 1966 Union Nationale  Camerounaise (UNC) et en devient à l’âge de 25 ans en 1960, le tout premier  Président des Jeunes de ce parti dans le Diamaré.

C’est lorsqu’il occupe cette fonction qu’il fera la rencontre du Président Ahmadou Ahidjo, premier Président du Cameroun. Séduit par l’engagement militant de ce jeune, il en fera un confident dans toute  la région.

Très actif au plan politique, le Président Ahmadou Ahidjo le citera à plusieurs reprises  comme un  exemple d’une jeunesse militante ,active et patriotique qui se dévoue sans jamais en attendre un retour d’ascenseur de l’État.

Pour le gratifier gratifier Alhadji ISSA BALARABÉ le Feu Président Ahmadou Ahidjo le recommandera auprès de SEYNI  KOUNTCHÉ qu’il aille dispenser des séminaires d’initiation politique à des jeunes nigériens .

Au retour de cette expédition qui va durer un mois, et , très satisfait par l’écho que lui avait fait parvenir le Président Seyni Kountché ,Ahmadou Ahidjo enverra Issa BALARABÉ rencontrer le Général de Gaulles pour qui, ce dernier  avait énormément d’admiration.

À la suite du Congrès de L’UNC à Bamenda qui mutera en RDPC en 1985 , Alhadji Issa BALARABÉ qui y a pris part en sa qualité de Président des Jeunes du parti pour le Diamaré va être plébiscité comme Président de la Sous section RDPC dans le DIAMARÉ. Cela s’explique en partie par le fait qu’il n’avait plus l’âge requis pour continuer à militer  au sein de la jeunesse du RDPC dans le Diamaré.

À cette nouvelle fonction, Il y fera un mandat de cinq ans et se donnera pour mission d’implanter structurellement le RDPC dans tout le Diamaré.

Alors que les événements politiques qui ont consacré les villes mortes de 1992 le trouvent au plus fort de sa popularité, il sera pris pour cible par une opposition belliqueuse et extrêmement portée à la violence contre toutes les figures de soutien actifs de Paul Biya dans la Région dont il en était un fervent et zélé défenseur.

Il va y payer le prix lourd durant cette période et il aura fallu de peu pour qu’il laisse sa vie sur le carreau.

Ses maisons ,véhicules boutiques vont être pris d’assaut et  incendiés. ses proches tués et sa famille recherchée par des opposants en furie animés par le désir de les passer au lynchage public .

À ce jour encore, le patriarche ISSA BALARABÉ évoque cette étape douloureuse de sa vie la voix sanglotant. Il garde à l’esprit ce jour où, de dizaines de personnes de cette opposition là, sous l’effet des liqueurs et drogues fortes  avaient fait irruption dans son domicile situé à l’avenue des banques à Maroua et tenant des bidons d’essence pour y brûler vifs lui et les membres de sa famille.

Il avait rassemblé ses enfants et leur maman dans un coin de l’arrière-cour du domicile et, sans qu’il n’explique ce qui s’est réellement passé, les émeutiers surexcités avaient commencé à casser  et à saccager le domicile sans toutefois  les apercevoir, eux qui étaient pourtant entassés là,devant eux. Autre miracle, malgré de nombreuses tentatives d’y mettre du feu dans cette grande concession, la maison refusa de prendre feu. Alhadji ISSA BALARABÉ explique tout ceci par son ancrage spirituel en ALLAH en Qui, il croit fermement !!

Pour rappel, la ville de Maroua au Cameroun fait partie des villes qui ont payé le lourd tribut des violences lors de ces années de braises. À ce moment où le temps était aux villes mortes, et cette petite ville à feu et  à sang , les témoins oculaires des scènes de rixes sanglantes de cette époque rappellent qu’on y dénombrait seulement quatre fidèles et téméraires soutiens du Président Paul Biya qui continuaient d’assumer publiquement leurs convictions et leurs appartenances au RDPC. L’on cite  de mémoire le Lamido de Maroua, Sa Majesté BOUBA, Alioum AMADOU qui fût le Maire de Maroua , Saidou KATCHALLA le premier Adjoint au Maroua et Alhadji ISSA BALARABÉ.

Pourtant et malgré cette terrible épreuve, l’homme ne cessera de militer activement face aux idéaux de Paul Biya. En 1997, lorsqu’il devient le Président de la Section RDPC du Diamaré après avoir transité comme membre du bureau de section ou encore Délégué au Conflit, il est porté à la tête de la section RDPC du Diamaré 2 au moment où l’unique section venait  d’éclater  en trois .

Il se retirera un moment de la présidence de section pour y revenir en 2015 en battant aux élections son propre poulain qu’il avait pourtant copté à cette fonction en 2011. Membre titulaire du Comité Central du RDPC depuis 1992, Il reste à ce jour le Président de la Section RDPC de DIAMARÉ CENTRE 2 à Maroua.

LES ŒUVRES POLITIQUES DE L’HOMME.

Sans risque de nous tromper ,il n’existe à ce jour aucun homme politique et précisément du RDPC dans l’Extrême Nord,particulièrement dans le Département du Diamaré qui puisse rivaliser au même titre de réalisation que peut se prévaloir Alhadji ISSA BALARABÉ.

C’est le tout premier homme politique de cette localité à donner gratuitement des tissus à l’effigie du parti aux populations dans cette zone. À ce jour, il continue d’assumer et de prendre fièrement à l’entièreté de sa charge  minimalement 90% des financements de tous les événements statutaires du RDPC dans le Diamaré.

Au titre des réalisations infrastructurelles pour le compte du parti, il a construit et offert au RDPC sa permanence dans le Diamaré dont l’architecture imposante attire l’attention des passants au Marché central de Maroua .

Dans ce registre de bâtiments, il en a construit trois sur fonds propres et remis gracieusement à l’actif de son parti le RDPC dont l’un dédié aux activités de L’OJRDPC (l’organisation des jeunes dans le parti )et l’autre à l’OFRDPC (l’organisation des femmes dans le parti ).Tous les mois, il en assure le traitement salarial des employés qui s’occupent de l’entretien, des vigiles , sans oublier toutes les autres charges subséquentes au fonctionnement de ces bâtiments.

Les hauts responsables de la République et de l’État du Cameroun en séjours réguliers dans la capitale régionale de l’Extrême Nord peuvent témoigner de ce qu’ils sont systématiquement logés à la Résidence des Hôtes située à Pitouaré. Un joyau architectural financé, bâti, et entièrement équipé par le Patriarche Alhadji ISSA BALARABÉ qui s’attelait par là ,à combler le vide dans le secteur de l’immobilier et de l’hébergement de haut standing dans le Diamaré.

SES DÉCEPTIONS….

Ce grand officier du mérite camerounais, resté fortement militant dans l’âme en est aujourd’hui à questionner le sens pris par la politique avec l’arrivée des nouveaux entrepreneurs politiques dans le Diamaré.

Alors que la ville de Maroua perd progressivement de son intincelance d’antan, le patriarche ISSA BALARABÉ, 86 ans d’âge aujourd’hui en est à regretter ce temps où la politique,aux travers des acteurs soucieux de travailler pour la collectivité imprimaient encore leurs marques par leurs réalisations qui ont fait tout le charme de Maroua.

La faute, rappelle t-il , à la corruption qui a gangréné et infesté le RDPC dans le DIAMARÉ notamment au niveau du choix de ses dirigeants qui outrepassent les textes du parti en mobilisant leurs réseaux et en achetant des passe-droits pour être portés à des fonctions électives. C’est ainsi qu’en lieu et place d’hommes  politique de conviction, on en est à avoir à Maroua, de grands jouisseurs arrivés par effraction à la tête des Mairies de la ville et d’autres fonctions importantes, plus mus par l’obsession d’arrondir leurs chapelets de strapontins que par une volonté de se mettre au service de la communauté.

Malgré le fait que l’octogénaire se dise toujours prêt à mobiliser ses propres ressources financières et matérielles  pour son parti le RDPC, il ne manque pas de souligner que son vœu le plus cher aujourd’hui est que les instances dirigeantes à Yaoundé, veillent au respect des choix des élus désignés à la base  par  des populations. Pour lui, seules ces populations à la base savent réellement qui elles veulent pour les accompagner vers le développement.

C’est pour cette raison qu’il est pour ainsi dire ,formel voire sentencieux en ce qui concerne les raisons du  balbutiement actuel  du RDPC dans le DIAMARÉ. Selon le patriarche , le choix de mauvais acteurs ou alors de mauvais élus, impopulaires et illégitimes a fini par consacrer le règne de l’imposture et de la décrépitude tous azimuts  du Diamaré qui se meurt et qui s’ouvre désormais et malheureusement petit à petit à une opposition opportuniste, avide de passer à table.

Celui qui souhaite longue vie à son Président National Paul Biya émet le vœu profond que ce dernier jette un regard particulier et attentif sur le fonctionnement de leur grand parti dans le Diamaré. Lequel parti est malheureusement aujourd’hui au cœur de nombreux conflits ouverts qui leur font perdre du terrain.

Dr David Eboutou

Historien et Consultant Média



B24 Opinion

Les articles signés B24 Opinion sont soumis par nos lecteurs et/ou des libres penseurs et n'engagent que la responsabilité de leurs auteurs.

Article similaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *