Burkina Faso : Plaidoyer pour un quota de 30% de jeunes dans les instances décisionnelles

297 0

Les membres du réseau des alumnis Pypa du Burkina Faso sont en atelier ce vendredi 20 août 2021 à Ouagadougou. Cette rencontre vise à élaborer une stratégie de campagne pour l’organisation d’une pétition afin d’obtenir l’adoption d’une loi portant quota de 30% de jeunes dont une moitié des femmes et une moitié des hommes dans les postes électifs et nominatifs.

Le Burkina Faso a une population jeune estimée à plus de 80%. Mais cette jeunesse n’est pas assez présente dans les sphères décisionnelles. Les statistiques démontrent qu’après les dernières élections couplées de novembre 2020, seulement 11% des jeunes, soit 14 députés ont un âge compris entre 30 et 40 ans.

Et sur 127 députés que compte l’Assemblée nationale, il n’y a que quelques 9 députées femmes. Des chiffres qui interpellent. D’où, cette démarche du réseau des alumnis Papy du Burkina Faso afin  d’obtenir un quota de 30% de jeunes dans les sphères de prise de décision notamment dans les postes électifs et nominatifs.

Le coordonnateur du réseau, Ivo Nabé, a indiqué que cette rencontre va permettre au réseau de définir les différentes stratégies d’approche, de communication et de sensibilisation pour mener à bien leur mission.

« Ce sont les décisions issues de cet atelier que nous allons mettre en œuvre. À l’issue de cela, nous allons faire une évaluation pour voir, si les objectifs qui ont été définis dans la stratégie ont été atteints. Est-ce qu’on peut passer maintenant à la phase de la pétition ? », a-t-il fait savoir.

À l’écouter au stade actuel du projet, le travail consiste à sensibiliser afin d’amener plus de jeunes à adhérer au projet. Pour lui, la jeunesse dont il s’agit c’est à partir de 18 jusqu’à 35 ans, selon la charte africaine de la jeunesse.

« Comme vous le savez, les jeunes représentent au Burkina Faso plus de 80% de la population. Et cette jeunesse est très insuffisamment représentée dans les instances de prise de décisions. Que ce soit à l’assemblée, les conseils régionaux, dans le gouvernement. Ils sont (ndlr jeunes) pratiquement absents dans ces centres de décisions », a-t-il relevé.

Pour le partenaire du réseau, l’Institut pour la gouvernance et le développement, par la voie de son directeur exécutif, Abdoul Karim  Saidou, a rappelé que le programme Pypa est un programme qui a pour mission le renforcement des capacités des jeunes en Afrique de l’Ouest. Ce programmes est mis en œuvre depuis 2012.

« Dans le cadre de ce programme, les jeunes femmes et hommes de plusieurs pays notamment sept pays en Afrique de l’Ouest sont recrutés et formés sur plusieurs thématiques tels que le leadership politique, la gouvernance démocratique, le genre et la planification stratégique », a-t-il précisé.

Il a avancé que tous les jeunes recrutés en 2012 et formés se retrouvent au sein du réseau des alumnis.

Willy SAGBE

Burkina 24

 



Article similaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *