Formation professionnelle au Burkina Faso : La Chine offre des kits à 50 meilleurs apprenants

342 0

L’ambassadeur de la Chine au Burkina Faso, Li Jian, a procédé, pour la troisième année consécutive à la remise de kits aux 50 meilleurs sortants des centres de formation professionnelle, ce vendredi 20 août 2021. Pour cette année, il s’agit des meilleurs dans le domaine de la boulangerie, la pâtisserie, la menuiserie, la coupe-couture, la coiffure féminine, la construction métallique et l’électricité bâtiment. 

Les 50 meilleurs apprenants des centres de formation professionnelle ont reçu des kits d’installation de la part de l’ambassadeur de la Chine au Burkina Faso, Li Jian. Il s’agit des meilleurs dans le domaine de la boulangerie, pâtisserie, la menuiserie, la coupe-couture, la coiffure féminine, la construction métallique et l’électricité bâtiment.

Lire également 👉Formation des jeunes : Des équipements d’une valeur de 281 millions de F CFA alloués par la Chine

L’ambassadeur de la Chine au Burkina Faso, Li Jian, a rappelé que son pays accorde une grande importance à la formation professionnelle.

«  Ces kits, d’une valeur d’environ 25 millions de FCFA, permettront à ces élèves en fin de formation de s’installer à leur propre compte. Ces matériels leurs permettront aussi, par leur travail, de dynamiser le secteur économique du Burkina Faso, d’enseigner les savoirs qu’ils ont reçus à d’autres personnes et ainsi contribuer conséquemment à la réduction du taux de chômage au Burkina Faso », a-t-il souligné.

 Li Jian,L’ambassadeur de la Chine au Burkina Faso,
Li Jian, l’ambassadeur de la Chine au Burkina Faso

Egalement, il a ajouté que malgré la pandémie de Covid-19, la Chine a envoyé des experts dans des disciplines telles que la mécanique automobile, la réparation d’ordinateur, l’électricité-bâtiment et la plomberie à la demande de la partie burkinabè.

Salifo Tiemtoré, ministre en charge de la promotion de l’entreprenariat et de l’emploi, a salué l’initiative. Il a relevé qu’au Burkina Faso, la population en âge de travailler accuse un déficit important en termes de compétence.

« Environ 58% des jeunes de 16 à 24 ans et 71% de 25 à 35 ans ne sont ni instruits ni alphabétisés, selon l’enquête sur les conditions de vie des ménages 2009-2010. Le taux de chômage et de sous-emploi reste élevé de 6,5% et de 24,9% selon l’enquête nationale sur l’emploi et le secteur informel en 2016 », a-t-il indiqué. Il a également déclaré que l’auto-emploi permet d’améliorer les conditions de vie et d’indépendance des jeunes.



Article similaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *