Intégration du changement climatique dans les projets de développement : GGGI et ses partenaires cogitent à Ouaga

187 0

Le Global Green Growth Institute (GGGI), l’Institut mondial pour la croissance verte, en partenariat avec le Secrétariat Permanent du Conseil National pour le Développement Durable (SP/CNDD) au Burkina Faso a organisé une formation sur l’intégration des changements climatiques dans les programmes, stratégies, plans et projets de développement du 17 au 19 août 2021. Cette activité est tenue dans le contexte du renforcement du dispositif national de Mesurage, rapportage et vérification piloté par GGGI avec l’accompagnement financier de la SUEDE. 

Cette formation a été organisée suite au constat que l’intégration de la dimension changement climatique au processus de planification du développement à tous les niveaux représente un défi pour le pays. La formation avait pour but de renforcer les capacités des acteurs nationaux contribuant à la soumission périodique de rapports faisant état de la mise en œuvre de la prise en compte des aspects climatiques dans les communications nationales et dans les contributions déterminées au niveau national (CDN).

Les participants sont du SP/CNDD, des directions régionale et provinciale du Centre du Ministère de l’Environnement, de l’Économie verte et du Changement climatique (MEEVCC) ; du Ministère de l’Économie, des Finances et du Développement (MINEFID) ; des Directions Générales des Études et des Statistiques Sectorielles du Ministère des Ressources Animales et Halieutiques (MRAH), Ministère de l’Eau et de l’Assainissement (MEA) et du Ministère de l’Agriculture, des Aménagements Hydro-agricoles et de la Mécanisation (MAAHM).

D’autres participants viennent de la Direction générale de la préservation de l’environnement (DGPE), de la Direction Générale des Eaux et Forêts (DGEF), de l’Agence Nationale des Évaluations Environnementales (ANEE) et de la Direction Générale des Collectivités Territoriales du Ministère de l’Administration Territoriale et de la Décentralisation (MATDCS).

La formation a permis d’expliciter les démarches d’intégration des changements climatiques dans la planification locale du développement et de former les participants sur la Trousse à Outils Pour le Suivi Évaluation des Capacités d’Adaptation aux Changements Climatiques (TOPSECAC). Cette trousse a été conçue par trois structures qui sont : l’Observatoire du Sahara et du Sahel (OSS), l’Union Internationale pour la Conservation de la Nature (UICN) et le Comité permanent Inter-Etats de Lutte contre la Sécheresse dans le Sahel (CILSS).

Le Burkina Faso possède une stratégie nationale d’adaptation au changement climatique depuis 2001, un plan national d’adaptation en cours de révision et une Contribution Déterminée Nationale qui traitent des changements climatiques.

« Cet atelier est d’une importance capitale car il permet aux acteurs nationaux de mieux être outillés sur les techniques d’intégration des actions de mitigation et d’adaptation dans la programmation nationale du développement à travers des cas pratiques et des échanges d’expérience », a affirmé Somanégré NANA, le coordonnateur technique du SP-CNDD.

Le Coordinateur du projet MRV à la Représentation pays de GGGI au Burkina Faso, Badou Gilbert YELEMOU a ajouté que « ces actions permettent de contribuer à l’effort global de lutte contre les changements climatiques en s’alignant aux objectifs de la Convention cadre des nations unies sur les changements climatiques (CCNUCC) et ceux de l’accord de Paris ».

Il a noté en plus que les participants qui sont des acteurs des départements ministériels auront durant l’année 2021 à élaborer ou actualiser plusieurs plans locaux de développement dont la prise en compte de la variable climat est indéniable pour l’atteinte des engagements nationaux, des Objectifs de développement durable et à la confortation du système national MRV notamment le MRV des actions d’atténuation et de mitigation pour un suivi efficient et transparent de l’action climatique.

Les participants satisfaits admettent que la formation va contribuer à explorer des pistes de financements des projets nationaux à travers le financement du Fonds vert climat. Pour rappel, le Global Green Growth Institute (GGGI) est une organisation intergouvernementale qui a été créée en 2012 à la Conférence Ri0+20 des Nations-Unies sur le développement durable, pour aider les pays en développement et les économies émergentes à atteindre une croissance économique durable et inclusive.

Depuis sa création, l’organisation a fait des progrès significatifs et demeure l’une des principales organisations internationales soutenant les politiques et les investissements en faveur de la croissance verte.



Rédaction B24

L'actualité du Burkina 24h/24.

Article similaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *