Sécurité au Burkina Faso :”La coopération doit être primordiale dans cette guerre” (Abraham Badolo)

352 0

L’Alliance pour la Défense de la Patrie (ADP) a organisé une rencontre pour se prononcer sur des sujets d’actualité qui touchent le quotidien des Burkinabè. 

L’Alliance pour la Défense de la Patrie (ADP) est une organisation de la société civile qui a pour mission de promouvoir les valeurs démocratiques. Dans l’optique d’accomplir sa mission, elle a organisé ce mercredi 25 aout 2021, une rencontre pour se prononcer sur l’actualité au Burkina Faso.

 Selon le président de l’ADP, Abraham Badolo, l’heure n’est pas à l’exacerbation ou à la désignation de parti politique. Pour lui, le Burkina Faso est dans une guerre asymétrique qui nécessite une coopération de toute la population.

« Les propositions doivent venir de tous, quelque soit  le bord politique. Il ne faut pas garder la solution pour dire qu’il faut que j’arrive au pouvoir pour la mettre en pratique. Il faut mettre les propositions sur la table quelque soit son bord politique. La coopération doit être primordiale dans cette guerre. L’ADP exhorte les Burkinabè à se donner la main pour sauver l’essentiel, c’est à dire la patrie », a-t-il estimé. 

À l’entendre, les services de communication présentent des insuffisances en ce sens que la communication est plus portée sur la perte en vies humaines des Forces de Défense et de Sécurité (FDS).

«  Il faut que nous encourageons les FDS en communication sur leurs acquis. Il va falloir que tous les Burkinabè sachent que nous sommes en guerre et qu’en temps de guerre, nous devons nous préparer  aux pertes en vies. Certes, c’est déplorable mais c’est la réalité», a-t-il indiqué .

Par rapport à la déclaration de Amnesty international, Abraham Badolo et ses camarades disent  attendre la réaction du gouvernement. Pour Abraham Badolo, cette déclaration mérite une attention car, dit-il, « Amnesty est une organisation sérieuse ».

La réouverture des frontières a également fait l’objet de réaction de la part des membres de l’ADP. A ce propos, il ont souhaité que le président du Faso fasse un plaidoyer au niveau sous régional afin que cela soit effectif.

« 16 mois après cette mesure, il est objectif de reconnaître que cette mesure a largement dépassé ses limites. Le flux des personnes à nos différentes frontières n’a jamais pris fin, vous le savez tous. Au regard de cela, il s’avère nécessaire d’ouvrir les frontières assorties de la présentation d’un résultat négatif au test Covid-19, comme c’est le cas avec les voyageurs empruntant l’avion », a-t-il demandé.

Abdoul Gani Barry

Burkina 24



Article similaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *