Défense et sécurité : De «grandes réformes» annoncées

570 0

« Le secteur de la défense va connaitre un certain nombre de grandes réformes ». L’annonce a été faite par le ministre délégué auprès du Président du Faso chargé de la Défense nationale et des anciens combattants, le Général de Brigade Barthélémy Simporé, le vendredi 27 août 2021. « Nous avons en chantier de revoir l’organisation structurelle et opérationnelle des Forces armées nationales », a-t-il déclaré devant la presse. 

Ces réaménagements, selon le ministre délégué chargé de la défense nationale, le général de Brigade Barthélémy Simporé, font partie de la nouvelle stratégie de lutte contre le terrorisme qui vise à « réadapter » le secteur de la défense dans un contexte marqué par la multiplication des attaques contre les positions des Forces armées nationales et les populations civiles.

« Nous étions dans une posture de temps de paix pendant longtemps avec une articulation qui prévoyait juste des régions militaires comme réservoir de force. Bientôt, nous allons amorcer une nouvelle réorganisation pour être au plus près possible de notre mission opérationnelle », a déclaré le ministre délégué.

« … anticiper sur les espaces qui ne sont pas encore dans l’œil du cyclone »

Au-delà de ces réformes ayant trait au maillage du territoire national, les réformes annoncées toucheront aussi, à en croire le ministre délégué, les personnels sur le terrain. « Le meilleur investissement, c’est celui qui place l’Homme au cœur du métier de la défense (…) Nous allons construire un système de formation qui soit le plus complète possible », a-t-il fait savoir.

A écouter le général de Brigade Barthélémy Simporé, les conditions de travail des Hommes seront améliorées, « très sensiblement ». « Donc je lance un appel, dit-il, à nos Hommes, à nos troupes sur le terrain, pour leur dire de maintenir très haut la flamme du patriotisme. De continuer à se battre parce que derrière, il y a un gouvernement qui est très soucieux ».

Selon le ministre délégué, le Burkina Faso entend tirer « une opportunité » dans la crise sécuritaire que connait le pays afin de « construire un système de sécurité qui soit à la mesure des enjeux d’aujourd’hui et de demain ».

« Je profite lancer un appel à tous ceux qui ont pris des armes, nos compatriotes qui ont pris des armes contre l’Etat, contre les citoyens, pour leur dire que la nouvelle stratégie qui se profile, donne la place à ceux qui veulent déposer les armes. S’il y a des problématiques de gouvernance, des problématiques économiques locales, nous allons les mettre sur la table pour trouver des solutions. Ceux qui ne veulent pas déposer, nous allons continuer à renforcer l’outil judiciaire et militaire. Mais il y a des options de discussions intra-communautaires parce que cette menace a glissé dans une conflictualité inter et intracommunautaire qu’il faut absolument résoudre ».

Général de Brigade Barthélémy Simporé, ministre délégué auprès du Président du Faso chargé de la Défense nationale et des anciens combattants

Le ministre en charge de la sécurité, Maxime Koné était aux côtés du ministre délégué auprès du Président du Faso chargé de la Défense nationale et des anciens combattants au cours de la rencontre avec la presse. Maxime Koné a ainsi fait cas de la mise en œuvre de la stratégie de lutte contre le terrorisme.

C’est un document qui définit une vision sur cinq ans, qui définit un objectif stratégique, des concepts stratégiques « qui vont nous permettre de glisser sur un certain nombre de réponses que nous voulons articuler », explique le ministre Koné.

Cette stratégie doit permettre « de construire une résilience nationale forte, contre la menace terroriste en développant des fondements capacitaires de la gouvernance de la sécurité nationale qui assurera au Burkina Faso, la plénitude de la souveraineté sur notre territoire et d’assurer la protection des personnes et des biens ».

Le ministre de la sécurité explique qu’une dizaine d’axes stratégiques ont été développés à cet effet et des actions inscrites. « Il s’agira de travailler à une meilleure articulation au niveau des forces de sécurité intérieure. Faire en sorte que nous ayons une cohésion totale », dit-il. Il s’agira aussi d’accentuer le maillage du territoire.

Vidéo – Conférence de presse conjointe du ministre de la sécurité et du ministre délégué chargé de la défense nationale

Burkina 24

« Nous avons un gros projet qui va nous permettre de construire plus de gendarmeries, plus de commissariats dans la perspective d’anticiper sur les espaces qui ne sont pas encore dans l’œil du cyclone », indique Maxime Koné qui précise que cette stratégie va au-delà de la « réponse militaire ».

Le Burkina Faso compte aussi articuler d’autres types d’approches pour juguler la crise, dont « la réponse diplomatique ». Toute crise intérieure est traversée par une dynamique de soutiens extérieurs, fait constater le ministre Koné. « Nous allons aussi traquer ceux qui soutiennent les terroristes », promet-il.



Ignace Ismaël NABOLE

Journaliste reporter d'images (JRI).

Article similaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *