Sécurité au Burkina Faso : Le GARSI II prêt à relever le défi

444 0

Les éléments du deuxième groupe d’action rapide et d’intervention du Sahel (GARSI II) sont en fin de formation et prêts à prouver les compétences acquises sur le terrain. Ils ont à cet effet, reçu leurs diplômes ce vendredi 27 août 2020 à Laongo où ils ont été formés.

Sortie de tanière après deux mois et une semaine pour 151 Hommes de GARSI II. Ils ont été formés en intervention spéciale et en intervention professionnelle. Également, ils ont bénéficié d’une formation physique et morale.

Lors de cette étape, ces stagiaires gendarmes qui vont exercer à Iolonioro et en renforcement du détachement militaire de Toéni ont été soumis à des conditions pour éprouver leur moral. Un exercice qu’ils ont réussi avec brio, selon leurs formateurs.

Le ministre de la sécurité, Maxime Koné, a affirmé que les premiers GARSI ont réalisés des résultats probants sur le terrain plus précisément dans les localités de Toéni et Barani. Selon lui, leur action a permis le retour des populations dans ces localités.

Nous avons pu avec cette force spéciale engranger des victoires. Plusieurs terroristes ont été arrêtés, plusieurs d’autres ont été neutralisés. Et surtout le plus important c’est que les espaces qui avaient été libérés par nos populations sous la ferrure des terroristes ont été réoccupés par nos populations. C’est dire que l’action des GARSI I a permis aux populations de revenir à Toéni et à Barani“, a-t-il affirmé.

Des résultats

Pour le ministre de la sécurité, la présence des GARSI I a amené une “paix relative” à Toéni et à Barani. “Cela a témoigné que le travail qui est abattu au niveau de ces deux entités est un travail formidable. Et je pense que c’est fort de ces résultats que le gouvernement, une fois de plus, a sollicité l’Union européenne pour l’accompagnement. C’est ce qui a valu la mise en place des GARSI de Iolonioro“, a-t-il poursuivi.

Maxime Koné a souligné que le déploiement des GARSI Il à Iolonioro rentre dans la volonté du gouvernement d’anticiper, pour déjà contrer les troubles que connaît cette zone du pays. Il a, à cette occasion, appelé les éléments du GARSI II à plus de solidarité entre eux sur le terrain. Il les a exhortés aussi à collaborer avec les populations pour avoir leur soutien.

“Si vous vivez sur la population”…

Guy ENFRU, expert en sécurité intérieure à la délégation de l’Union européenne au Burkina, a promis que l’UE sera toujours aux côtés du Burkina pour lui apporter son soutien. Elle mettra les moyens nécessaires pour aider le pays à faire face à cette menace.

Nous vous accompagnerons dans la démarche qui est la vôtre de former les unités capables de faire changer la situation tactique et stratégique sur le terrain“, a-t-il dit. Il a rappelé aux GARSI II que ce qui fera leur différence sur le terrain c’est leur façon de se comporter face aux populations.

Si vous vivez sur la population, elle ne vous soutiendra pas. Si vous vivez dans la population, avec la population, pour la population, elle vous soutiendra“, les a-t-il conseillés.

Au nom de ses frères d’armes, Prosper Yamboueba a laissé entendre que la formation qu’ils ont reçue trouve sa pertinence en cette période où le Burkina Faso et les autres pays de la sous-région ouest-africaine font face à la menace terroriste. “Nous sommes prêts aujourd’hui à relever le défi sécuritaire que la sous-région subit depuis une décennie“, a-t-il terminé.

Willy SAGBE

Burkina 24



Article similaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *