Élections au Burkina Faso : L’ONI et la CENI pour une harmonisation des interventions

360 0

La Commission Électorale Nationale Indépendante (CENI) et l’Office National d’Identification ont initié une rencontre technique autour des deux documents électoraux à savoir la Carte Nationale d’Identité Burkinabè et le passeport ordinaire au siège de la CENI ce lundi 30 août 2021 à Ouagadougou. 

Selon le Code électoral burkinabè, l’enrôlement sur le fichier électoral est conditionné par deux documents à savoir la Carte Nationale d’Identité Burkinabè (CNIB) et le passeport ordinaire, tous en cours de validité. Ces deux documents qui s’inscrivent comme les premiers instruments de terrain de l’organe en charge des élections font l’objet d’explications au cours d’une rencontre d’échange entre la CENI et l’ONI ce 30 août 2021.

Elisé Ouédraogo, le président de la CENI, s’est exprimé sur l’importance de la rencontre. « Nous avons souhaité cette rencontre technique pour que l’ONI puisse nous expliquer en profondeur les différentes caractéristiques de ces différents documents, pour que nous puissions mieux les comprendre », a-t-il souligné.

La rencontre est aussi une occasion pour l’Office national d’identification de partager ses difficultés avec la CENI. « Dans le cadre de la mise à disposition des données qu’ils font chaque fois avant chaque opération d’enrôlement, nous allons discuter sur les difficultés pour pouvoir juguler au mieux ces difficultés pour éviter qu’il y ait des problèmes qui compliquent la mise en œuvre de nos opérations », a étayé Elisé Ouédraogo.

Elisé Ouédraogo, président de la CENI

Le Directeur général de l’ONI, Aristide Béré, accompagné par ses différents responsables de services techniques, s’est dit prêt à l’exercice.

« Je suis venu ici avec l’équipe technique de l’Office National d’identification pour deux choses. D’abord féliciter la nouvelle équipe de la CENI et réitérer la disponibilité de l’ONI pour l’atteinte des objectifs de cette structure durant les 5 années qui commencent pour son mandat. 

Aussi il était bon que nous exposions les considérations techniques liées à la CNIB et au passeport, et de l’expliciter au mieux à l’ensemble des 15 commissaires ici présents pour qu’ils comprennent le processus d’enrôlement, de production, de délivrance de ces documents », confie-t-il.

En termes d’attentes, le DG de l’ONI souhaite une harmonisation des interventions entre les deux structures. « Pour éviter la disharmonie qui ne favorise pas un meilleur enrôlement dans le processus. Pour que la population puisse disposer de la CNIB pour s’enrôler, il faut que nous intervenions avant la CENI. Pour ce faire, nous attendons que la CENI nous donne son schéma d’enrôlement, ses dates clés pour que nous puissions en tenir compte dans notre processus d’enrôlement que nous allons démarrer », a-t-il suggéré.

Elisé Ouédraogo lui, ambitionne voir les deux institutions et le gouvernement s’engager de sorte à ce que chaque Burkinabè puisse disposer de la CNIB ou le passeport ordinaire afin de pouvoir accomplir ses droits civiques.

Akim KY

Burkina 24



Article similaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *