Côte d’Ivoire : La simulation d’une scène de viol en direct crée l’indignation générale

557 0

Côte d’Ivoire – La chaîne de télévision émettant depuis Abidjan, la capitale économique ivoirienne est au centre d’une polémique depuis la diffusion le lundi 30 août d’un talkshow avec comme invité spécial, un homme présenté comme un « violeur repenti ». Dans une scène au cours de laquelle il a procédé à une « mise en situation réelle» de viol sur un mannequin, la toile s’est dite fortement indignée. La Ligue Ivoirienne des Droits des Femmes, un réseau féministe créé par des jeunes femmes ivoiriennes engagées dans la lutte contre les violences sexistes et sexuelles envers les femmes, a entamé des poursuites judiciaires contre son animateur Yves de M’Bella et la chaîne de télé malgré les excuses publiques de cette dernière dans un communiqué.

L’animateur Yves de M’Bella très décontracté banalise et incite à la démonstration de la scène de viol par un homme présenté comme un violeur repenti. Pour cette fois, « sa victime » est un mannequin qu’il va manœuvrer avant d’étaler à même le sol sur le plateau de l’émission La Télé d’Ici Vacances.

« Est-ce que tu peux nous montrer comment tu faisais tes viols ? (…) Viens avec moi (applaudissements). Voilà une go (Ndlr : une demoiselle), comment tu fais, tu l’attaques de devant ou de derrière ? Vas, montre-nous comment tu faisais», demandait l’animateur de l’émission « Rien à Cacher » sur Radio Nostalgie.

En réaction, l’ex-pensionnaire récidiviste de la Maison d’Arrêt et de Correction d’Abidjan, Maca, repond : « Souvent, dès qu’on arrive, on attrape le cou, mais il ne faut pas se laisser… ». Yves de M’Bella droit dans ses bottes : « Mais, ça peut l’exciter ! », « Oui, ça peut l’exciter. On la fait tomber », poursuit l’invité. « Tu touches son sexe ? », enfonce le clou Yves de Mbella, « Oui », l’agresseur réplique.

Indignation générale

La toile n’a pu se retenir pour dire son dégoût après la diffusion de cette émission de vacances. Avec elle, la première autorité en charge de la protection de la femme : « Je condamne fermement ces actes ignobles et ces propos de l’invité et de l’animateur », a réagi la ministre de la Femme, Nassénéba Touré.

Avec elle, la Ligue Ivoirienne des Droits des Femmes, un réseau féministe créé par des jeunes femmes ivoiriennes engagées dans la lutte contre les violences sexistes et sexuelles envers les femmes, a annoncé des poursuites judiciaires contre l’animateur et  la Nouvelle Chaîne Ivoirienne (NCI).

Denéo Gouehe Gnonsian Désirée, secrétaire générale de cette organisation,  a demandé des sanctions : « J’ai été choquée comme plus d’un. Je ne sais pas si c’est une quête de buzz, je ne sais pas. Mais, honnêtement, je n’ai pas de mot pour qualifier cela. Mais je trouve que c’est totalement déplacé. On espère que la Haute autorité pour la communication et de l’audiovisuel pourra au moins, et pour une fois en Côte d’Ivoire, se prononcer et condamner fermement de telles actions qui sont carrément outrageantes et humiliantes pour les femmes ivoiriennes. »

Dans le même temps, la Ligue Ivoirienne des Droits des Femmes, un réseau féministe créé par des jeunes femmes ivoiriennes engagées dans la lutte contre les violences sexistes et sexuelles envers les femmes, a entamé des poursuites judiciaires.

La Ligue annonce qu’“une plainte pour outrage public à la pudeur et apologie du viol contre la Chaîne de Télévision NCI et l’animateur a été déposée” par les soins de son avocate auprès du procureur de la République, conformément à l’article 416 du code pénal ivoirien.

Elle exige également une sanction de la Haute Autorité de la Communication et de l’Audiovisuel contre NCI, une suspension de l’Animateur Yves de M’bella ainsi que des membres de son équipe, présents sur le plateau d’hier des antennes de la télé et de la radio en Côte d’Ivoire par la Haute Autorité de la Communication et de l’Audiovisuel, puis la non association de l’image de Yves de Mbella à la finale du concours Miss Côte d’Ivoire.

La Haute Autorité de la Communication Audiovisuelle (HACA) quant à elle, s’est autosaisie du dossier. Son Collège s’est réuni et un communiqué sera rendu public à la fin des discussions. Elle promet de continuer de veiller à la protection de l’intérêt général en garantissant particulièrement des programmes de qualité exempts de tous contenus inappropriés.

Kouamé L.-Ph. Arnaud KOUAKOU

Correspondant de Burkina24 en Côte d’Ivoire



Article similaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *