Afghanistan : Des femmes réclament des postes dans le gouvernement taliban

451 0

A Hérat, capitale cosmopolite de l’ouest afghan, une cinquantaine de femmes ont manifesté pour faire entendre leur voix, alors que les talibans doivent dévoiler ce samedi 4 septembre 2021 la composition de leur gouvernement. Ces femmes réclament le droit de travailler ainsi que des postes au sein du nouveau gouvernement taliban.

Les nouveaux maîtres de Kaboul ont maintes fois promis un gouvernement “inclusif“. Les Afghans et la communauté internationale les ont donc pris au mot. Les talibans tiendront-ils leurs promesses et dans quelle mesure ce gouvernement sera réellement “inclusif” 

Inclura-t-il d’anciens membres du gouvernement afghan ? Sera-t-il ouvert à divers groupes ethniques et religieux voire aux femmes ? Autant de questions !

Interrogé par BBC, Sher Mohammad Abbas Stanekzai, chef adjoint du bureau politique des talibans au Qatar, a laissé entendre qu’il « pourrait ne pas y avoir » de femmes nommées ministres ou à des postes de responsabilité, tout en jugeant cette option possible uniquement à des échelons inférieurs. 

« Ce sera en tout cas un premier test pour la communauté internationale, qui est sur une ligne de crête, entre non-reconnaissance politique des talibans, d’un côté, et volonté d’entretenir un dialogue avec eux malgré tout, de l’autre », écrit Euronews. 

« Nous devons tenir un discours de vérité aux talibans »

« Nous devons développer un dialogue avec les talibans sur de nombreuses questions », a, en effet, déclaré le chef de la diplomatie européenne, Josep Borrell qui se demande : « Comment apportons-nous l’aide humanitaire ? Comment prendre en charge les nombreuses personnes qui sont prêtes à partir et qui n’ont pas pu avoir de place dans les avions qui quittaient Kaboul jusqu’à la semaine dernière ? ». 

« Nous devons tenir un discours de vérité aux talibans », a souligné le Premier ministre britannique, Boris Johnson, selon des propos rapportés par Euronews. Et d’ajouter : « Ils doivent comprendre que s’ils veulent des relations avec l’Occident, avec nous et nos alliés – et je sais qu’ils le veulent – alors la première priorité pour nous c’est d’avoir un passage sûr pour ceux qui veulent quitter l’Afghanistan ».



Rédaction B24

L'actualité du Burkina 24h/24.

Article similaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *