Littérature : Le recueil du sergent Guy Arnaud Siambo qui vous fait “oublier votre repas”

474 0

Le sergent Guy Arnaud Siambo de la troisième région militaire, au 34e régiment interarmes à Fada N’gourma a procédé à la dédicace de son premier livre ce samedi 4 septembre 2021. L’œuvre est un recueil de nouvelles de 78 pages. 

Les rayons des bibliothèques burkinabè enregistrent un nouvel ouvrage : « Le Sacré perdu ». Un recueil de nouvelles  écrit par le sergent Guy Arnaud Siambo. Rien ne peut arrêter l’amour et la passion, dit-on. L’écrivain n’a que le niveau BEPC. Mais il a la plume.

À travers son recueil de nouvelles de 78 pages, le sergent raconte l’histoire d’un village Africain où le respect de la tradition et de la monarchie était observé avec toutes les valeurs et défauts d’une société normale.

L’histoire se déroule autour d’un personnage principal, « Toutou », le gardien des génies et de la forêt sacrée. Auprès de qui, tout le village et même le roi  prenait  les directives pour la bonne marche de leur société. C’est un homme craint et respecté de tous. Mais dommage, un jour l’inévitable  arriva. Toutou a perdu la clé de la forêt où le village recevait toutes les instructions.

En plus des détectives, le village est frappé par une maladie. Jusqu’à ce qu’un jour, surgisse un « magicien », un occidental qui amènera un remède efficace contre le fléau qui frappait le village de Toutou, qui était contraint de partir, car personne ne croyait plus en lui. Mais  après, Toutou va revenir et le village retrouvera sa quiétude d’antan.

L’auteur relativise son œuvre, le « Sacré Perdu » dont il est question dans son livre avec l’intégrité au Burkina Faso. « Au regard de la valeur que représente l’intégrité aux yeux des Burkinabè, le choix ne devrait plus être donné entre être et ne pas être pour plus tard jouir du fruit de cette intégrité dans tout son sens », a-t-il dit.

Pour Guy Arnaud Siambo, quand on est intègre, on est décidé de s’offrir en sacrifice. « Pour moi, le sacrifice fait appel à l’intégrité. Je veux dire aux Burkinabè que nous devons penser à l’avenir de nos enfants. Et on doit se réveiller pour leur garantir un meilleur destin », a-t-il poursuivi.

Selon lui, le Burkina Faso comme « Sacré Perdu » est en phase de pouvoir perdre son « intégrité ». « Tout comme le sacré perdu, quand vous allez feuilleter les pages, vous allez constater qu’à la fin, le sacré qui était perdu a été retrouvé. Je ne dirais pas que l’intégrité a été perdue mais nous sommes sur  le point de perdre notre intégrité, et ce qu’il faut aujourd’hui c’est de la retrouver. Si toutefois, elle n’est pas encore perdue », a-t-il relevé.

À l’entendre, son amour pour l’écriture ne date pas d’aujourd’hui. Fils d’un ancien militaire, son père écrivait, même s’il n’a pas pu publier ses écrits. « Depuis tout-petit, j’avais l’envie, l’amour de l’écriture. Aujourd’hui je ne fais que réaliser un rêve. C’est quelque chose qui est inné. Le papa, lui aussi, était militaire de la classe 78, il a eu des écrits qui n’ont malheureusement pas abouti », a-t-il témoigné.

Le parrain Achil Célestin Ouléné a affirmé avoir oublié son repas après le premier contact avec l’œuvre, qu’il a lue avec gourmandise. « Je vous assure  le jour où j’ai voulu le lire, j’ai déposé mon repas, je dis, je vais lire une première partie avant de manger.  Mais je vous assure que le repas s’est refroidi. Je n’ai pas pu manger jusqu’à ce que j’ai fini de lire le livre », a-t-il noté.

Pour lui, ce recueil fait voyager et beaucoup rêver. « J’ai lu ça d’un trait de la première partie à la dernière. J’ai lu ça du coup. Vraiment c’est un document qui est très clair, très beau à lire et ça vous donne beaucoup d’enseignements », a-t-il commenté.

Le recueil est scindé en deux parties et obéit aux règles internationales de la littérature. L’œuvre se trouve, pour le moment, à l’Institut français à Ouagadougou et à Bobo-Dioulasso est vendue à 3.000 FCFA.  Elle sera disponible dans toutes les librairies bientôt, rassure l’auteur.

Willy SAGBE

Burkina 24

 



Article similaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *