Recadrage de l’utilisation des réseaux au Burkina : L’Association Fiil-pââ en fait son cheval de bataille

303 0
ECOUTER
Voiced by Amazon Polly

L’Association Fiil-Pââ (AFP) a donné le top départ de la deuxième édition de ses activités de sensibilisations  de la jeunesse burkinabè, ce vendredi 10 septembre 2021. Placée sous le thème « Jeunesse et réseaux sociaux : quelles pratiques des réseaux sociaux pour contribuer à la réconciliation nationale et à la lutte contre l’insécurité au Burkina Faso ? », cette édition sera peinte d’une série de formations dans les différentes régions du Burkina Faso.

Plus que des outils de communication, les réseaux sociaux sont ancrés dans les habitudes des Burkinabè. Compte tenu de certaines dérives relevées et afin de recarder son utilisation, l’Association Fiil-Pââ (AFP) a initié une formation à l’endroit des jeunes utilisateurs de ces outils pour permettre leur participation à l’amélioration du tissu social au Burkina. 

Cette série de formations concerne plusieurs régions du Burkina Faso. Sur les 13 régions attendues,  10 se sont déjà inscrites et bénéficieront de cette initiative. « A ce jour, 200 personnes sont inscrites à cette formation. Pour recevoir les dossiers de ces participants, nous avons généré un lien en ligne qui a permis de recevoir ces inscriptions. Il faut dire que nous en sommes au début et que dans les jours à venir nous souhaitons recevoir plus d’inscriptions », a dit le président de l’association, Djourmite Nestor Noufé.

Placée sous le thème « Jeunesse et réseaux sociaux : quelles pratiques des réseaux sociaux pour contribuer à la réconciliation nationale et à la lutte contre l’insécurité au Burkina Faso ? », ces formations se veulent une aubaine pour recarder la jeunesse quant à l’utilisation des réseaux sociaux.

«  Vous avez tous suivi les attaques de l’État-Major ici. Vous avez aussi vu comment les réseaux ont utilisé ces images. C’est ce que nous voulons éviter en sensibilisant la jeunesse  sur l’usage des réseaux sociaux  », a expliqué le président.

La présidente de la cérémonie, la ministre en charge de l’économie numérique, représentée par Rodrigue Djiguimdé, a pour sa part félicité l’initiative de par sa « pertinence » en cette période  d’insécurité.

«  Les médias sociaux sont inévitables de nos jours. Le contexte sécuritaire de notre pays recommande que ceux-ci soient encadrés pour la lutte contre le terrorisme. Ce projet d’éducation et de sensibilisation est la bienvenue car elle va nous permettre de renforcer la lutte contre le terrorisme », a-t-il salué. 


Par ailleurs, il a indiqué que cette initiative est saluée et accompagnée par le gouvernement à travers leur ministère, car il s’inscrit dans les grandes lignes du gouvernement, dans sa lutte contre le terrorisme.

« Cette initiative vient à point nommé car elle s’inscrit dans le vaste chantier d’éducation aux technologies de l’information entreprises par le gouvernement. Notre pays compte deux millions d’utilisateurs de réseaux sociaux. Donc nous ne pouvons que souhaiter une participation massive de la jeunesse », a-t-il dit. 

Les représentants de la CIL et de l’ARCEP présents à cette cérémonie de lancement, ont à tour de rôle salué l’initiative au regard de sa pertinence dans le respect des données à caractère personnel au pays des Hommes intègres.

L’association AFP est une association qui œuvre dans le développement à travers la sensibilisation de la jeunesse. Cette initiative en est à sa deuxième édition. A l’issue des tournées dans les différentes régions, les meilleurs participants régionaux seront récompensés au cours d’une cérémonie à l’issue du programme de formation. 

Abdoul Gani Barry

Burkina 24



Article similaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *