Burkina Faso : L’UGEB toujours engagée contre la fermeture du lycée Zinda

356 0
ECOUTER
Voiced by Amazon Polly

L’union Générale des Étudiants Burkinabè (UGEB) tenait depuis le 8 septembre 2021 son 30eme  congrès ordinaire à Ouagadougou. Ce samedi 11 septembre 2021, elle a refermé ses portes avec plusieurs résolutions à la clé. À l’occasion, l’UGEB a installé son comité exécutif  chargé des questions estudiantines du mandat à venir.

Le thème général de ce congrès a tourné autour de « face à la crise structurelle et multidimensionnelle qui frappe le système capitaliste mondial : quelle résolution de l’UGEB ? ».

Plus de 400 délégués venus des 12 sections et 3 comités d’initiative ont participé à ce 30eme  congrès ordinaire de l’UGEB pour trouver des propositions et résolutions en lien avec le thème. Il s’est agi  entre autres de plusieurs sections de l’Association Nationale des Étudiants Burkinabè (ANEB) de l’Association des Scolaires Burkinabè à Dakar, du comité d’initiative du centre universitaire de Ziniaré, etc.

Ces organes réunis ont au cours de cette rencontre réfléchi sur des questions d’actualité du pays à savoir la « mal gouvernance », la réduction du nombre des concours étatiques, la gestion sécuritaire du pouvoir, le «  bâclage » du système éducatif au Burkina, et de la situation de l’UGEB.

« Les soldats des rangs qui sont au front sont mal équipés et contre des personnes mieux équipées. Le MPP et ses alliés utilisent la situation sécuritaire pour faire chanter notre peuple avec ce fameux concept d’union sacrée autour du chef de l’Etat dans le cadre de l’union et la réconciliation des fractions de la bourgeoise réactionnaire sous l’égide de l’impérialisme français.

Les opposants quant à eux entendent surfer sur la colère légitime des populations suite aux dernières attaques pour rebondir. Mais notre peuple n’est pas dupe et sait qu’ils sont aussi responsables », a laissé entendre le président de l’UGEB, Sourabié Fousséni.


A propos de la situation éducative, l’UGEB a d’énoncé l’application du Programme d’Ajustement Structurel, les réformes du BAC et du BEPC entreprises par le gouvernement, le déficit d’infrastructures au supérieur, l’hébergement, la restauration des étudiants, et une tentative de « verrouillage » des libertés démocratiques des étudiants. 

« L’UGEB s’est toujours engagée dans la lutte démocratique des acteurs sociaux. Donc elle s’engage à lutter contre la fermeture du lycée Philippe Zinda et exige la réouverture de celui-ci. L’UGEB appelle ces camardes à se tenir prêts à tout mot d’ordre qui sera donné. Nous dénonçons également l’irresponsabilité des autorités ministérielles et universitaires, le laxisme et la corruption qui entourent la réalisation des infrastructures notamment celles scolaires », a indiqué le président.

Il faut noter qu’au cours de ce 30ème congrès ordinaire, l’UGEB a également procédé à l’installation d’un nouveau comité d’exécution. Il faut également souligner que certains manquements de l’union ont été dénoncés. A ce titre  M. Sourabié a  appelé les étudiants à se mobiliser au sein des sections et à se tenir prêts  à répondre à tout mot d’ordre que l’évolution de la situation commanderait.


Par ailleurs, des associations d’élèves venus soutenir l’AGEB ont à tour de rôle appelé le pouvoir à revenir sur la décision de la fermeture du Lycée Zinda et ont déclaré être prêtes à respecter toutes décisions des différentes associations allant dans le sens de la réouverture de ce lycée public. 

Abdoul Gani Barry

Burkina 24



Article similaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *