Sibi Zongo, le regard avec le cœur, accouche de son premier album après 10 ans

392 0
ECOUTER
Voiced by Amazon Polly

Après 10 ans de parcours musical, Sibi Zongo a sorti enfin son tout premier album, baptisé « Dounia », le 10 septembre 2021. Composé de 8 titres, « Dounia » est un condensé de sonorités et de thèmes variés. L’album a été dédicacé dans sa ville natale, au palais du chef d’Issouka à Koudougou.

L’opus de huit titres intitulé Dounia ou « le monde » est entièrement chanté en langue Mooré. Sibi Zongo chante l’amour, la paix, tout en interpellant la jeunesse à la prudence et l’abnégation au travail.   Sibi Zongo a le regard avec le cœur car depuis la maternité, aveugle, cet artiste manie allègrement le violon traditionnel appelé « Roubga » en langue mooré.

Son approche artistique est assez spéciale. Il est détenteur hors pair d’un certain savoir ancestral, qui maintient le fil conducteur de sa production. Sa rencontre avec l’artiste Smockey en 2009 et leur collaboration artistique a librement capté les mélomanes burkinabè.

L’homme s’exprime dans un style de jazz ou du blues fusion à la mode du griot africain.  Sur une pièce de Serges Aimé Coulibaly « nuit blanche à Ouagadougou » l’expression du violon de Sibi en bande sonore du film lui a révélé à des Hommes du milieu.

L’artiste Smockey, son producteur, s’est laissé fasciner par la voix singulière de Sibi. « Pour moi, c’est un vieillard qui vit, donc une bibliothèque qui hurle parce qu’il détient la mémoire collective d’un pan de ce pays notamment les mosse », l’a-t-il qualifié.

Sur son nouvel album, Sibi Zongo a fait une ouverture vers la musique moderne. Et Smokey a dévoilé son plan de promotion autour de l’artiste. « Ce qui est prévu, c’est de le faire expérimenter une scène fusion. C’est-à-dire avec des musiciens modernes pour qu’il ne soit pas simplement consigné au rôle du musicien traditionnel », a-t-il indiqué.

L’Artiste a signé son retour dans la cité du cavalier rouge pour dédicacer son album en harmonie avec sa source.

Le palais du roi d’Issouka, plus qu’un symbole, marque la volonté de Sibi Zongo de contribuer à la sauvegarde du patrimoine culturel à travers sa musique.

Sibi Zongo doit sa reconnaissance à ceux qui l’ont épaulé dans ce projet qui a duré 10 ans. « Les difficultés que j’ai rencontrées vous-mêmes, vous avez vu, c’est parce que les financements trainaient beaucoup.

D’où la durée de la sortie. C’est grâce aux gens bien que finalement c’est sorti », a-t-il exprimé.

La démarche de Sibi Zongo a été bien appréciée par son hôte, le Naaba Saaga 1er, qui a réitéré son engagement aux côtés de l’artiste.

« En tant que chef, je fais de sorte que Sibi soit respecté à Koudougou et au Burkina Faso à travers sa chanson », a-t-il confié avant de l’interpeller en ces termes.

« Je le conseille de ne pas chanter les hommes politiques, parce que les politiciens passent mais le pays reste. Donc qu’il chante tous ceux qui font le bien sans citer quelqu’un en matière politique », a-t-il souhaité.

Akim KY

Burkina 24 



Article similaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *