Burkina/Côte d’Ivoire : « Passer du TAC des gouvernements au TAC des peuples »

228 0
ECOUTER
Voiced by Amazon Polly

42 projets de femmes et de regroupements de femmes issus des 13 régions du Burkina Faso ont reçu un financement cumulé de 250 millions de franc CFA, dans le cadre du programme de Financement par le Fonds de l’Amitié et de coopération Ivoiro-Burkinabè pour la promotion de la Femme (FARCIBF). Ces chèques ont été remis aux femmes, ce mardi 14 septembre 2021 à Ouagadougou.  

Le Fonds de l’Amitié et de coopération Ivoiro-Burkinabè pour la promotion de la Femme (FARCIB) a été mis en place sous la volonté des gouvernements du Burkina Faso et de la Côte d’Ivoire pour promouvoir le financement des femmes « battantes » qui effectuent des transactions entres les deux pays.

Dans ce sens, un appel à projet a permis au Fonds d’appui aux activités Rémunératrices des Femmes (FAARF) suite à un appel à projet de sélectionner les meilleurs projets pour allouer des crédits. Selon la Directrice générale du FAARF, Dr Dorcas Tiendrébéogo, 250 millions ont été accordés à 42 promotrices 15 coopératrices/associations et 27 individuelles provenant de 19 Provinces des 13 régions du Burkina Faso.

Dorcas Tiendrébéogo, DG du FAARF

Les secteurs d’intervention des lauréates ont été évoqués par la directrice du FAARF. « Les projets retenus sont du domaine des activités de production, de transformations et de commercialisation des produits provenant de l’agriculture de l’élevage, de l’artisanat des prestations de services », a clarifié la directrice générale de la FAARF.

Laurence Marchal Ilboudo, ministre en charge de la Femme, a rappelé que « cet important outil dont nous nous réjouissons de l’effectivité est issu des recommandations de l’effectivité, des recommandations de la conférence au sommet du cinquième Traité d’Amitié et de la Coopération (TAC) de 2016 ».

“Plus les femmes seront autonomes, encore mieux se porteront nos sociétés”

A l’écouter, l’offre est largement en deçà de la demande. « 829 dossiers ont été reçus par les services de mon département pour un besoin de financement estimé à 6 077 302 740 franc CFA », a-t-elle justifié, avant d’exhorter les deux Etats à plus d’engagement pour la satisfaction des besoins de financement des femmes.

Elise Ouédraogo, porte-parole des lauréats

Les lauréats comptent tenir le financement comme une opportunité de renforcement de leurs activités économiques. Elles ont salué le geste en sa juste valeur tout en soulignant l’importance que révèle ce financement pour l’indépendance économique de la femme.

« Nous demeurons toutes convaincues que plus les femmes seront autonomes, encore mieux se porteront nos sociétés », a clamé Elise Ouédraogo, porte-parole des bénéficiaires.

Kiépéléton Doro, Ambassadeur de la Côte d’Ivoire au Burkina Faso

L’ambassadeur de la Côte d’Ivoire au Burkina Faso, Kapieletien Soro, y voit un début de concrétisation des promesses faites dans le cadre du traité d’amitié et de coopération entre la Cote d’Ivoire et le Burkina Faso. « Je crois qu’aujourd’hui, le TAC porte des fruits. Et que nous sommes en train de passer du TAC des gouvernements au TAC des populations, au TAC des peuples », a-t-il déclaré.

Akim KY

Burkina 24



Article similaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *