Hygiène et assainissement : Des hommes de médias renforcent leurs capacités

253 0
ECOUTER
Voiced by Amazon Polly

Les acteurs du domaine des médias ont été outillés en matière de promotion d’hygiène et d’assainissement au cours d’un atelier tenu ce lundi 13 septembre 2021 à Ouagadougou. A la suite de cette formation, il s’agira pour ces acteurs de promouvoir les méthodes d’hygiène et d’assainissement autour d’eux et de la masse populaire afin d’améliorer les conditions de vies des populations. L’atelier a été initié par la Direction générale en charge de l’assainissement, avec l’accompagnement financier de l’UNICEF et le partenariat technique de WaterAid.  

Selon l’OMS  et la Banque Mondiale, au Burkina Faso,  70%  de la population défèque à l’air libre ou dans les latrines qui ne sont pas adéquates et 70% des lits d’hôpitaux sont occupés par des maladies évitables si l’on n’avait une bonne hygiène et un bon assainissent. Et pour remédier à cela, depuis 5 ans, le ministère de l’Eau et de l’assainissement s’est donné comme défi d’atteindre 100% d’assainissement d’ici 2030. De ce pas, les Hommes de médias ont été associés pour contribuer à l’atteinte de cet objectif.

Les professionnels des médias doivent être des modèles pour promouvoir l’adoption des comportements hygiéniques autour d’eux. Ils sont invités donc à produire des contenus éducatifs et explicatifs, à développer et renforcer les connaissances des internautes, analyser les situations et les enjeux pour mobiliser et engager les acteurs clés pour soutenir les communautés dans le processus de changement de comportement, etc.

L’atelier a été initié par la Direction générale en charge de l’assainissement, avec l’accompagnement financier de l’UNICEF et le partenariat technique de WaterAid.

Pour Célestin Pouya, directeur du département plaidoyer et communication de WaterAid, c’est l’acteur qui manquait au niveau de l’eau et de l’assainissement pour la promotion  de l’hygiène et de l’assainissement.

« Au 31 décembre 2020, nous  sommes seulement à 25, 3% de taux d’accès à l’assainissement et il y a même beaucoup d’inégalités. Ici on s’attend à ce que les journalistes et médias puisent rentrer pour pouvoir changer les choses. On peut demander à manger aux partenaires techniques et  financiers, à construire des routes, mais quand même pour la défécation on devrait quand même se sentir burkinabè et de ne pas  garder cela comme notre zone de souveraineté », s’indigne t-il.

Pour lui, ces acteurs peuvent influencer les choses non pas seulement informer, sensibiliser les populations, mais interpeler le gouvernement en jouant  son rôle de citoyen pour améliorer la culture de redevabilité.  « Le défis au niveau de la population est de pouvoir leur apporter un vrai message. Pourquoi il faut avoir de l’hygiène, ne pas déféquer à l’air libre. On ne doit pas attendre le covid-19 pour se laver les mains », soutient-il.

Une étude menée par WaterAid montre qu’au niveau national, la population totale desservie en 2020 est de 5 299 287 personnes sur une population de 18 620 427 personnes, soit un taux de  25,3%.  Dans le milieu rural, le taux d’accès à l’assainissement est passé de 0,8% à 19,9% en 2020 avec une population desservie de 2 941 898 personnes sur 13 494 205 personnes en milieu rural. Et en milieu urbain, le taux d’accès à l’assainissement est passé de 21,5% à 38,4% en 2020.



Rédaction B24

L'actualité du Burkina 24h/24.

Article similaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *