« Chantier École » : Les étudiants archivistes de l’ENAM renforcent leurs connaissances

Les étudiants archivistes de l’École Nationale d’Administration et de Magistrature (ENAM) ont renforcé leurs connaissances à travers le « Chantier École ». Ce vendredi 17 septembre 2021, ils ont présenté leur savoir-faire à travers le plan de l’ENAM qu’ils ont élaboré. 

Afin de renforcer le savoir-faire et le savoir-être des élèves dans le domaine des archives publiques, l’ENAM a initié, depuis 2018 à travers le « chantier école » en collaboration avec l’association archives sans frontière de la France, des stages pratiques avec les étudiants. 

4eme du genre au Burkina, cette édition a pour thème «Mettre en lumière les archives ». Elle a pour but  de former les élèves dans la pratique en mettant en lumière le savoir-faire des apprenants. 

Pour Trille Marc, chef du projet, c’est une manière d’initier les élèves à la pratique.  « Le chantier école est née d’un constat de manque de pratique, c’est le fait de mettre en pratique le savoir théorique appris à l’école. C’est aussi faire pour que les élèves français de Versailles viennent au Burkina découvrir le Burkina, puis avoir des échanges avec leurs collègues, c’est important au-delà des écoles, c’est important pour les institutions « , dit-il.

Et Anne-Elise Guibert-Teeart, étudiante en master2 à l’université de Versailles qui a collaboré avec les étudiants archivistes de l’ENAM d’ajouter que les chantiers écoles  sont une manière, pour permettre aux étudiants de faire de la pratique et acquérir de plus d’expériences possibles.

« Je n’ai jamais connu un service d’archives au sein d’une école. C’est la première fois que je fais cette expérience. J’ai découvert comment une école peut fonctionner, et comment on avait besoin de prendre soin de ces archives autant pour les fichiers élèves, pour la manière dont le budget géré par les constructions », dit-elle. 

Le porte-parole des élèves, Sibri Zongo, dit être satisfait de ce stage. « C’est une belle occasion pour nous car ça nous a permis d’améliorer nos connaissances pratiques, d’apprendre les pratiques françaises en matière d’archivage, de faire des comparaisons, de corriger nos lacunes.

Ce qui nous a plus intéressé dans ce stage pratique, c’est l’audit archivistique  qui est un aspect  nouveau, cela permet de faire les visites au sein d’un service donné, ici ce fut les services à l’ENAM, de relever les points positifs et les difficultés dans la gestion des archives, de faire des propositions d’amélioration. A la fin de notre formation, cela va nous permettre d’expérimenter ce qu’on a appris», explique Sibri Zongo.

Il faut noter que la première édition a eu lieu au gouvernorat de Bobo en 2018, la deuxième avec la mairie de Ouagadougou, la troisième avec le CNRST. Lors de ces deux semaines de formation à travers le chantier école, le plan général de l’ENAM a été élaboré. 

Saly OUATTARA

Burkina24

Écouter l’article

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page