Restructuration des zones « non loties » : Le projet présenté aux Hommes de médias

Après la rencontre avec les secteurs privés et les partenaires techniques et financiers, le ministère en charge de l’urbanisme a rencontré les Hommes de médias et acteurs de la société civile dans l’après-midi du jeudi 16 septembre 2021. L’occasion a été pour les membres du ministère d’expliquer les contours du projet de restructuration des zones « non loties » aux journalistes afin de faire passer la bonne information au citoyen. 

A l’issue des différents échanges qui ont conduit à la mise en place d’un projet de réhabilitation des zones « non loties » par le gouvernement, c’est au tour des Hommes de média d’être informés sur les contours du projet, ce jeudi 16 septembre 2021 à Ouagadougou. 

« Ce projet va concerner les 13 chefs-lieux des régions et la ville de Pouytenga. Quand on parle de structuration, c’est juste une manière de dire que nous allons tracer des voies pour pouvoir mettre des infrastructures dans ces zones. C’est presque un lotissement, on peut dire », a dit le directeur général en charge de l’habitat, Marc Ouédraogo. 

La présentation a concerné le contenu du programme du projet. Il s’est agi de donner des détails sur les phases, les rencontres, les études sur le terrain, les réaménagements urbains, la démolition des parcelles, la viabilisation dans toutes les localités, mais également des décisions d’après construction c’est-à-dire comment reloger les habitants.  

« C’est un processus où nous voulons l’adhésion de tous, voilà pourquoi ces initiatives d’échanges. Nous voulons grâce à vous faire passer la pertinence du projet », a laissé entendre le directeur général. 

Le projet sera financé à hauteur de 20% par l’Etat, 20% par les contributions des ménages, et 60% seront supportés par les partenaires techniques et financiers et le secteur privé.


«  Pour obtenir l’adhésion des privés, nous avons convenu de leur attribuer les parcelles situées sur les voiries pour leur commerce. Néanmoins, ils céderont des pièces à l’Etat dans ces appartements. Pour les habitants des zones, ils payeront 1 200 000 FCFA si la parcelle est sur une route bitumée et 700 000 FCFA dans le cas contraire. Il y a aussi d’autres options pour eux », a expliqué le directeur de la planification et de la recherche urbaine, Soulemani Hamed.

Il faut noter que la phase pilote de ce projet est déjà en cours et concerne les communes de Saaba, et Banfora. Le coût de cette phase est estimé à 100 milliards de Francs CFA.

Abdoul Gani BARRY

Burkina 24

Écouter l’article


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page