Sahel : « La présence de mercenaires est incompatible avec l’engagement actuel de la France » (Barkhane)

Le commandant de la Force Barkhane, le Général Laurent Michon, a été reçu par le président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré, ce vendredi 17 septembre 2021. Il s’est agi pour le nouveau commandant de la force Barkhane d’aborder la question de la lutte contre le terrorisme avec le Chef de l’Etat burkinabè. Les deux hommes ont également échangé sur la « transformation » de Barkhane.  

Quelques jours après avoir annoncé l’élimination du chef de l’état islamique au grand Sahara, une délégation de la force Barkhane avec à sa tête son commandant, le Général Laurent Michon,  a été reçue par le président du Faso.

A sa sortie d’audience, le Général Michon a souligné qu’il est venu échanger avec le président sur des questions sécuritaires. « La transformation » de la force Barkhane, les opérations menées dans le Sahel et la collaboration ont été entre autres sujets de discussions. 

« Continuer l’action de Barkhane », c’est la mission du Général Laurent Michon en tant que nouveau commandant de la Force Barkhane. Selon ses propos, l’intervention de la force française au Sahel va prendre un autre format après « une transformation ».

« J’ai la mission de transformer Barkhane  avec plusieurs implications dans différents pays. Cette transformation, elle est axée d’abord sur une coopération accrue avec chacun des pays, avec la force conjointe G5, avec la MINUSMA », a-t-il dit.

Le Général Michon indique que des changements fondamentaux ne sont pas notables si ce n’est le renforcement de la coopération. « Il y a des choses qui sont modifiées et il y a des choses qui ne sont pas modifiées », a-t-il expliquée.

Sur les aspects qui sont restés inchangés, le commandant de la Force Barkhane a souligné qu’il s’agit de la lutte contre le terrorisme. « Nous continuons ensemble cette lutte. Nous continuons de nous épauler mutuellement », a déclaré le Général Laurent Michon.  

Confirmation de l’élimination du chef de l’état islamique au grand Sahara

Par rapport aux aspects qui changent, il a laissé entendre que cela touche deux niveaux. « Les deux choses qui changent principalement sont une réarticulation du dispositif notamment au Mali. L’autre chose qui change est la venue de nouveaux partenaires européens qui viennent au sein de l’opération Barkhane pour se battre à nos côtés.

Ça c’est quelque chose qui continue et que vous verrez dans les prochains mois va continuer à croitre. Cette composante européenne va continuer à grossir », a lancé le commandant de Barkhane.

Il a ainsi montré sa satisfaction de voir d’autres pays se joindre à la lutte contre le terrorisme dans le Sahel. Le Général Laurent Michon a abordé la question de « l’arrivée de mercenaires au Mali ».

Pour lui, « la présence de mercenaires est incompatible avec l’engagement actuel de la France ». Une déclaration tenue en conformité avec l’appréciation des plus hautes autorités de la France, dit-il. Il a également confirmé l’élimination du chef de l’état islamique au grand Sahara, Adnan Abou Walid al-Sahraoui. Un sujet que le général a aussi abordé avec le président du Faso.

« C’est une vraie satisfaction collective », a martelé le commandant de Barkhane. Selon ses propos, ledit groupe terroriste « va être capable de se reconstituer peu à peu même s’il est très désorganisé. Il n’abandonnera pas sa lutte de prédation, d’exaction et de totalitarisme terroriste. La lutte n’est pas finie mais c’est une vraie victoire collective », a conclu le général Laurent Michon.

Basile SAMA

Burkina 24 

Écouter l’article


Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page