Gastronomie : Après Ouaga 2000, « La Perle » illumine Larlé et ses environs

De la Baguette du Faso à « La Perle », comment Mahmoud Jezzini, cet entrepreneur pâtissier, a pu conquérir le cœur des Burkinabè, jusqu’à faire de ce lieu (La Perle), un coin de « rêve » où presque tout citoyen burkinabè veut y aller passer du temps pour s’offrir une pizza, un croissant, un café ou un repas ? Aujourd’hui, La Perle dispose d’une extension sise au quartier Larlé de Ouagadougou pour desservir les clients éloignés de la zone de Ouaga 2000. 

(N.B : Ceci est un publi-reportage)

Quoi qu’on dise, il est important de réfléchir sur les noms ou surnoms que l’on donne à tout. C’est le cas de la pâtisserie « La perle », devenue aujourd’hui un coin de prédilection à Ouagadougou pour ne pas dire au Burkina Faso. « La Perle » est, en effet, en train de devenir une véritable « perle », diront certains.

« Les gens veulent de la qualité et non la quantité. On a besoin d’un espace propre, d’un certain standing qui fait oublier certaines angoisses rencontrées au travail ou en famille« , affirme un jeune homme venu pour se procurer des croissants.

« La perle » est comme, ajoute-il, cette « perle rare » qui manquait aux Burkinabè et qui depuis plus de six ans après son ouverture en 2015, a su s’imposer et se créer une certaine notoriété dans la Capitale du « pays des Hommes intègres« . Elle fait preuve de merveilles avec ses pizzas, ses croissants, ses gâteaux, ses sandwichs… Bref !

La « Perle » avec ses merveilles

À noter que « La Perle », ce n’est pas seulement la pâtisserie, bien cela soit l’activité de base. Mais c’est également un salon de thé, un bar et un restaurant. Chaque personne, selon son besoin y trouve son compte. La Perle était située, dans un premier temps, à Ouaga 2000, le quartier huppé de la capitale.

Elle décide de briser sa rareté, en tant que perle, mais de garder toujours les mêmes saveurs et services. Et ce, afin de se rapprocher davantage de certains clients éloignés de Ouaga 2000. Elle dispose désormais d’une extension du côté de Larlé, « La Perle de Larlé » qui a ouvert ses portes au public depuis le 19 juillet 2021.

« La Perlé » à Larlé, une suite logique

Le promoteur de « La Perle », Mahmoud Jezzini, par ailleurs, le directeur général de cette institution gastronomique fait savoir que l’extension de Larlé est un projet bien réfléchi mis en place dans le but de se rapprocher des clients qui sont un peu loin de la zone Ouaga 2000 comme Tampuy ou Bassinko, après une étude de marché bien mûrie.

« On est dans une suite logique, on ne se limite pas à « La Perle » de Ouaga 2000, il y a une forte demande. L’accès à Ouaga 2000 pour ceux qui habitent à Tampouy ou Bassinko et les zones un peu éloignées n’est pas forcément chose facile. Ils n’ont pas forcément accès à ce cadre. C’est pour cela que nous avons décidé de nous rapprocher de ces gens« , explique-t-il.

Pour Mahmoud Jezzini, « La Perle » de Larlé est assez différente de celle de Ouaga 2000. C’est un autre concept, souligne-t-il, même si les services et les produits proposés demeurent les mêmes.

« L’esprit du concept reste le même avec la pâtisserie, un resto-bar au milieu et vous avez un jardin suspendu. Il est assez différent de Ouaga 2000, parce qu’on voulait proposer quelque chose de différent tout simplement« , signale-t-il.

Les mêmes services…

Selon le promoteur de « La Perle », la nouveauté dont il s’agit, ce n’est ni au niveau des produits ou des services. « Ce sont quasiment les mêmes produits, c’est du service rapide. Vous savez, quand vous arrivez dans un espace, il y a deux choses qui sont essentielles. C’est d’abord ce que vous proposez comme produits, et ensuite il y a le service et la qualité des différents services« , précise-t-il.

Mahmoud Jezzini n’exclut pas une troisième aventure à travers la Capitale burkinabè, dans une ville du pays ou dans la sous-région avec un nouveau concept. Mais pour le moment, il reste concentré sur « La Perle » de Larlé.

« Ce sont quasiment les mêmes produits. On est plus concentrés sur Larlé que sur autre chose pour le moment. Rien n’est exclu qu’éventuellement on pourrait se lancer dans un troisième challenge avec un concept certainement encore différent« , dit-il.

Étonnant mais vrai ! Les 90% des clients de « La Perle » sont des Burkinabè, confie son premier responsable. Selon lui, les clients locaux constituent leur première cible. Ce n’est pas un coin des expatriés ou des gens d’un certain standing seulement, comme peuvent le penser certains.

Sur l’aspect sécurité, le DG de « La Perle » affirme que sa structure dispose d’une sécurité bien garantie. Et chaque fois, dit-il, la structure procède à l’audit de celle-ci. Mais il appelle à rester dans la dynamique d’investissement pour avancer. Car, selon lui, le Burkina Faso est un pays d’avenir et qui émerge « très bien ».

Il faut aussi préciser dans ses restaurants à Larlé ou à Ouaga 2000, « La Perle » propose des spécialités culinaires africaines comme du poulet Yassa, du tôt et même du thiéboudienne…

Willy SAGBE

Burkina 24

Écouter l’article


Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page