Assemblée nationale : Ouverture de la deuxième session ordinaire de l’année 2021

ECOUTER
Voiced by Amazon Polly

L’assemblée nationale a procédé à l’ouverture de la session ordinaire de l’année ce mercredi 29 septembre 2021. Cette cérémonie a été marquée par la présence d’une délégation de l’assemblée nationale de la république du Ghana  accompagnée par leur 1er vice-président, Joseph Osei Owusu.

C’est parti pour la deuxième session ordinaire de l’année 2021 de l’Assemblée nationale. Outre le projet de loi de finances qui constitue le plat de résistance, la présente session connaitra une dizaine de projets de lois.

Il s’agit, entre autres,  du projet de loi portant organisation et règlementation des activités statistiques, du projet de loi d’orientation de l’organisation générale de l’Administration du territoire au Burkina Faso, du projet de loi portant règlementation et promotion du volontariat au Burkina Faso et du projet de loi sur la révision du Code électoral.

Le Premier ministre et le 1er vice-président de l'Assemblée nationale du Ghana
Le Premier ministre et le 1er vice-président de l’Assemblée nationale du Ghana

A l’ouverture de cette session, le président de l’assemblée, Alassane Bala Sakandé, s’est exprimé sur la situation nationale. Pour un meilleur regard de la population vis-à-vis des gouvernants, le président de l’Assemblée nationale préconise une relecture de la commande publique.

« Je milite en faveur d’une relecture profonde, urgente et diligente de la loi N° 039-2016 AN du 02 décembre 2016 portant Réglementation générale de la commande publique et conséquemment du décret N° 049 MINEFID du 1er février 2017 portant procédures de passation, d’exécution et de règlement des marchés publics et des délégations de service public », a-t-il relevé.

A l’écouter, la place prépondérante accordée au « moins-disant » dans l’évaluation des offres doit être reconsidérée.

 Alassane Bala Sakandé,président de l’assemblée,
Alassane Bala Sakandé, président de l’assemblée nationale

«  L’expérience nous a suffisamment instruits que le « moins-disant » n’est pas toujours le « mieux-disant ». Pire, nous avons suffisamment payé les conséquences financières, économiques et surtout humaines du « moins-disant » pour continuer à le privilégier comme critère dans la procédure d’attribution des marchés publics », a précisé Alassane Bala Sakandé.   

Concernant le suivi des chantiers publics, il préconise qu’en plus du contrôle des structures techniques, les bénéficiaires puissent être impliqués dans le suivi des travaux. Il a exhorté aux autorités contractantes de faire preuve de plus de professionnalisme dans la conduite des études techniques.

l’Assemblée nationale accordera une attention toute particulière à cette affaire

Sur l’affaire judiciaire relative à la contrebande du carburant, de blanchiment de capitaux, de corruption voire de financement de terrorisme, Alassane Bala Sakandé a salué les différentes structures impliquées dans cette affaire.  

« Au regard du caractère criminel des faits, tout en respectant la présomption d’innocence, l’Assemblée nationale accordera une attention toute particulière à cette affaire dont l’extrême gravité requiert des sanctions exemplaires à l’encontre de quiconque y serait impliqué de près ou de loin », a-t-il souligné.

Sur la polémique autour de la fermeture du lycée Philippe Zinda Kaboré, il a fait savoir que le parlement invitera très prochainement le gouvernement à faire une situation complète de l’établissement, pour comprendre si tous les anciens pensionnaires et son personnel ont tous été redéployés comme prévu. Egalement, les élus nationaux comptent demander au gouvernement un exposé sur le plan de réhabilitation du lycée.

Jules César KABORE

Burkina 24



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page