Cinéma : 24 films sélectionnés pour la 4e édition du FESTIC

Les membres du comité d’organisation du Festival des identités culturelles (FESTIC), organisé par le Cinéma numérique ambulant (CNA) ont annoncé ce mardi 5 octobre 2021, les couleurs de la  4ème édition de cette activité qui se tiendra du 30 octobre au 06 novembre 2021 à Ouagadougou. L’objectif de ce festival est de contribuer à la promotion et à la sauvegarde des richesses culturelles en voie de disparition. 

« Identité et vivre-ensemble », c’est autour de ce thème que va se tenir la 4e édition du Festival des Identités Culturelles (FESTIC).  Selon Wendlassida Ouédraogo, coordonnateur du Festival des identités culturelles (FESTIC), cet événement  est né dans l’optique de faire du cinéma africain un vecteur de paix et de cohésion sociale. « Plusieurs festivals existent déjà sur l’échiquier national  et international comme le FESPACO, le CINE DROIT LIBRE, etc.

La particularité du FESTIC est qu’il fait la promotion du genre documentaire. Ce qui permet de  nous découvrir et de découvrir d’autres communautés. Et le FESTIC entend encourager la production de ses films et constituer un espace de diffusion car les documentaires manquent d’espace de diffusion », a-t-il justifié.

A écouter le coordonnateur du festival, ils ont réceptionné environ 70 films au départ. Seulement 24 ont été sélectionnés.  Parmi lesquels 18 documentaires, 3 films fictions et 2 films d’animation et une série. Selon ses propos, les séances de projection de films se tiendront  du 31 octobre au 05 novembre 2021. « Cette année, elles vont se tenir  à la cité universitaire de Kossodo et le quartier Ouidi, quartier général du FESTIC 2021 », a-t-il précisé.

Le coordonnateur du FESTIC a mentionné qu’il est prévu aussi un panel sur le thème général du festival : « Le cinéma, outil d’éducation au vivre-ensemble ». Ce panel va réunir des universitaires, des artistes, des étudiants et des journalistes, a-t-il indiqué.

Laurentine Bayala, cinéaste, première lauréate du prix documentaire du FESTIC a soutenu qu’avoir un festival comme le FESTIC qui œuvre à promouvoir et à diffuser les films documentaires est un tremplin pour ceux qui le font. « Car il permet au public d’apprendre à aimer ce genre de film et permet à ceux qui le font de leur permettre de vivre de leur art », a-t-elle souligné.

Il faut rappeler que pour cette édition, deux communautés seront mises à l’honneur. Il s’agit des Forgerons et les Peulhs. « Cela pour mettre en exergue la parenté à plaisanterie, un des régulateurs de la vie en société et du vivre ensemble », selon les organisateurs.

Aminata Catherine SANOU (Stagiaire)

Burkina 24

Écouter l’article


Rédaction B24

L'actualité du Burkina 24h/24.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page