Burkina Faso : La 2e édition du Salon international du karité de Ouagadougou lancée

ECOUTER
Voiced by Amazon Polly

C’est parti pour la 2e édition du Salon international du karité de Ouagadougou (SIKO) du 7 au 9 octobre 2021 au SIAO à Ouagadougou. « Faire de la transformation des produits du karité, un des principaux leviers de création d’emplois et de lutte contre la pauvreté des femmes et des jeunes en contexte de Covid-19 » est le thème retenu pour cette édition.

Le Salon international du Karité de Ouagadougou (SIKO) et la Conférence nationale du karité (CNK) se déroulent simultanément du 7 au 9 octobre 2021 au SIAO à Ouagadougou. « Faire  de la transformation des produits du karité, un des principaux leviers de création d’emplois et de lutte contre la pauvreté des femmes et des jeunes en contexte de Covid-19 » est le thème retenu pour cette édition. Ces deux évènements sont organisés par l’interprofession Table filière karité (TFK) et l’Alliance globale du karité(AGK).

Lire également 👉Valorisation de la filière karité au Burkina : Les professionnels du secteur se concertent à Ouaga

Le président de l’interprofession TFK, Théophane Bougouma, a rappelé que le SIKO, est un moyen d’informer, de communiquer sur les potentialités dont dispose le Burkina Faso afin d’accroître les opportunités d’affaires et les parts de marché des entreprises burkinabè de la filière karité aussi bien au niveau national qu’international.

« Le Burkina Faso est le premier exportateur mondial d’amandes de karité avec une part de marché estimée à 49%, selon les statistiques de l’AGK. Selon les statistiques de l’international Trade center (ITC), le marché mondial du beurre de karité alimentaire, cosmétique et de la parfumerie, pour les marchés de l’Union européenne, des Etats Unis et de l’Asie, est d’environ 2,1 millions de tonnes pour une valeur monétaire d’environ 28,4 milliards de dollars US. Malheureusement, la part de marché du Burkina Faso est de moins de 1% en volume (20 000 tonnes en moyenne entre 2018 et 2019). Pourtant le pays dispose d’un potentiel en production d’amandes de karité estimé à 1 247 294 tonnes par an dont seulement 32% est exploité (404 412) », a-t-il relevé.

Cérémonie de lancement du Salon international du karité de Ouagadougou (SIKO)
Cérémonie de lancement de la 2e  Salon international du karité de Ouagadougou (SIKO)

Cependant, le président de l’interprofession Table filière karité a indiqué qu’en dépit des vertus reconnues, la demande nationale en produits du karité demeure faible. « Ce salon est une invite aux Burkinabè à consommer davantage les produits du karité »,  a lancé Théophane Bougouma.

Lire aussi 👉Burkina Faso : La filière karité en réflexion à Ouagadougou

Durant 72 heures, les acteurs de la filière karité  du Burkina Faso et de la sous-régions seront à l’honneur à travers des expositions, des panels et des dégustations. C’est le ministre en charge de l’environnement, Siméon Sawadogo, représentant le Président du Faso, qui a procédé au lancement de cette deuxième édition.

Lancement de la 2e édition du SIKO
Lancement de la 2e édition du SIKO

Il est revenu sur l’importance de la filière karité dans l’économie du Burkina Faso. « En 2011, la contribution de la filière karité au PIB n’était plus que de l’ordre de 0,60%, évalué à 4,844 milliards de FCFA. Il faut noter que la filière karité est passée du premier rang des produits d’exportation dans les années 1960, au 6e rang de nos jours après l’or, le coton, la filière bétail-viande, le sésame et l’anacarde », a-t-il confié.

Jules César KABORE

Burkina 24



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page