Alassane Bala Sakandé : « On ne peut pas s’asseoir regarder nos enfants séquestrer des enseignants »

Des enseignants venus de différentes régions du Burkina Faso et qui se sont démarqués par leurs résultats, ont été reçus ce samedi 9 octobre 2021, à l’Assemblée nationale, dans le cadre de la 4 ème édition des Journées de Reconnaissance du député à l’Enseignant. 119 enseignants ont visité l’instance parlementaire du Burkina Faso et finalement ont été reçus en concertation par le président de l’Assemblée, Alassane Bala Sakandé. 

Les journées de reconnaissance de l’enseignant sont une initiative des parlementaires burkinabè qui entendent magnifier le métier de l’enseignement au Burkina Faso. La 4 ème édition de ces journées a débuté au sein de l’Assemblée nationale, ce samedi 9 octobre 2021.

Après la visite des différentes salles et départements composant l’Assemblée, cette journée s’est soldée par un entretien de ces 119 enseignants avec le président de l’assemblée, Alassane Bala SaKandé.

«  Nous voulons magnifier le métier de l’enseignement à travers vous. Déjà, je vous remercie d’être là. Faire des centaines de kilomètres pour venir rendre visite à l’Assemblée nationale est un honneur que vous faites au peuple et à l’Assemblée. Je connais les risques que vous avez bravés pour venir nous rendre visite. Au nom du peuple, je vous remercie », a salué le président du parlement burkinabè.

A travers ces échanges, les invités du jour ont évoqué des doléances et suggestions à l’endroit du président de l’Assemblée. Il s’est agi de la question de la réinsertion des élèves déplacés internes dans les salles de classes, la question d’attribution de parcelles aux enseignants, la formation continue du corps, la décoration des lauréats pour les éditions à venir, la loi sur l’interdiction de châtiment des élèves au Burkina.

A ces questions, le président a indiqué que l’objectif même de ces journées, en plus d’imprégner les enseignants sur le fonctionnement de l’Assemblée, c’est de recueillir des suggestions afin d’établir une base solide entre le corps enseignant et le parlement. Sur plusieurs doléances, le président a pris des notes et a promis de les soumettre à qui de droit pour que des décisions soit prises dans des délais courts.


«  Concernant les loi interdisant la répression des enfants, il faut dire qu’à cause de la mondialisation, il y a des questions que les autorités ne décident pas seules. Vous avez vu de plus en plus des voix qui s’élèvent même pour interdire le travail des enfants dans nos champs. Il faut dire que c’est une histoire de mondialisation », a lancé le président concernant la question de la loi interdisant la répression des enfants.

Cependant, il a dit prendre  note de cette doléance et donc œuvrer à prendre des décisions pour qu’à l’avenir, le comportement « malsain » de certains élèves ne se répète plus.

« Certes, il y a des normes mondiales, mais on ne peut pas aussi s’asseoir regarder nos enfants séquestrer des enseignants pour des quelconques raisons. Nous allons essayer de travailler à éviter cela. Les parents aussi devraient beaucoup plus faire attention à l’éducation des enfants. Il ne faudrait pas mettre l’enfant à l’école et laisser toute son éducation à l’enseignant », a-t-il insisté.


Il faut noter qu’à l’issue de cette journée, une nuit de reconnaissance est prévue ce soir à la salle de conférence de Ouaga 2000, à partir de 20h 30. Les lauréats qui seront présents à cette nuit seront au nombre de 119 enseignants, dont 114 ayant fait du 100% au CEP, 05 ayant eu le plus fort taux de succès dans les zones à fort défi sécuritaire, 2 supergagnants ayant fait 100% avec le plus grand effectif. 

Abdoul Gani BARRY 

Burkina 24 

Écouter l’article


Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page