Burkina Faso : Le « Mouvement Agir Ensemble » lave son linge sale en public

Les Secrétaires généraux du parti le Mouvement Agir Ensemble pour le Burkina Faso (MAE-BF) étaient face aux Hommes de médias ce samedi 9 octobre 2021. Cette rencontre avait pour but de dénoncer les mésententes au sein de leur parti et d’apporter des suggestions pour une redynamisation du MAE-BF.  

Depuis le rendez-vous manqué du 27 février 2021 des Secrétaires généraux des provinces, le torchon brule entre les membres du Mouvement Agir Ensemble pour le Burkina Faso (MAE-BF). Cette assemblée se voulait une tribune pour proposer des solutions aux problèmes qui minent le parti.

Ce fiasco a  déclenché une crise entre les membres du parti et depuis, le MAE-BF est plongé dans une paralysie et un immobilisme dans son fonctionnement. C’est le lieu pour les Secrétaires généraux du parti de se réunir ce 9 octobre 2021 pour dénoncer les manquements qui surviennent au sein  du MAE-BF.

Les Secrétaires généraux des provinces pointent du doigt le président du parti, Boubary Diallo, qui, selon eux, ne joue pas son rôle en tant que président du parti.

« Le président Diallo fait preuve de manque de clairvoyance et de leadership »

« Le président Diallo fait preuve de manque de clairvoyance et de leadership et depuis, le mandat donné par le congrès ordinaire du 06 septembre 2020 tenu à Bobo Dioulasso pour compléter la structuration des organes du Mouvement n’est pas exécuté. Aucune rencontre des organes statuaires conformément aux textes ne s’est tenue.

Le siège social du parti a été délocalisé sur simple communiqué de M. Diallo sans au préalable recourir aux instances du mouvement. Ce qui est contraire aux dispositions de l’article 1 des statuts. La désignation des représentants du parti à des institutions nationales et des rencontres de haut niveau sans une consultation au préalable des structures du mouvement », a martelé Somé Auguste, SG de la province du Ioba.

A l’entendre, les décisions du parti sont prises par une poignée de personnes, ce qui fait que certaines informations « échappent » aux secrétaires généraux des provinces qui sont sensés être les mieux informés pour relayer l’information.

Au regard de ces multiples incompréhensions,  les SG réunis en ce jour ont énuméré des réformes qui doivent être prises en compte par les dirigeants pour reconstituer le parti et atteindre leur objectif commun.

« Face à ces graves dérives, nous, les Secrétaires généraux des provinces avons décidé d’interpeler le président du parti sur ces manquements et exigeons de reconnaitre la localisation du siège dont il est fait mention dans son communiqué  du 1er mai 2021, de créer les conditions pour un retour à la cohésion et à la sérénité au sein des militants, d’arrêter de catégoriser les militants par des intimidations en vue de la mise en place des démembrements de la CENI, de reprendre les activités conformément aux textes qui régissent le fonctionnement de notre mouvement », a-t-il clamé.

En rappel, le Mouvement Agir ensemble pour le Burkina Faso est né le 07 septembre 2019. Il avait pour candidat à la présidentielle de novembre 2020, Kadré Désiré Ouédraogo (KDO) et a pour président,  Boubary Diallo.

Sié Frédéric KAMBOU

Burkina 24

Écouter l’article


Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page