Transfert d’argent : Plus de 10.000 personnes utilisent déjà l’application Sank

Sank est une nouvelle application de transfert d’argent. La cérémonie de lancement de cette application a eu lieu, le mardi 12 octobre 2021 à Ouagadougou.

Au regard du coût élevé des frais de transactions des autres applications de transfert d’argent, Sank est né. Sank est une application de transfert d’argent qui vient de voir le jour pour offrir un service moins couteux à ses utilisateurs.

« Lorsque nous sommes arrivés ici en 2019, on a constaté que les frais de transactions que nous voyons au pays sont très élevés pour le Burkinabè lambda. Nous savons que le quotidien du Burkinabè ne dépasse pas 1000 francs par jour. Pourtant il n’a pas le choix, il est obligé de faire assez de transactions. Et pour cela, s’il faut toujours le facturer, c’est le tuer si on peut le dire. 

 On a décidé, si nous on peut développer des plateformes pour des étrangers, si nous on peut programmer des logiciels pour des étrangers, si on a fait les mêmes écoles que ces étrangers, pourquoi nous on ne peut pas faire pour notre pays », a expliqué Dramane Tiendrébéogo, directeur général de Sank.

Conscient de la concurrence des téléphonies mobiles et autres, Dramane Tiendrébéogo, fait savoir que les promoteurs de Sank comptent sur la qualité et l’efficacité, et le coût en baisse de leur service pour avoir le maximum d’utilisateurs.

Dramane Tiendrébéogo, directeur général de Sank.

Plus de 10.000 personnes utilisent déjà Sank

« C’est vrai que lorsque nous sommes arrivés sur le terrain, il y avait déjà des grands qui sont déjà là, mais c’est la valeur de notre produit, la qualité de notre produit qui va amener le Burkinabè à y adhérer. D’abord, si vous vérifiez, nous avons une plateforme très sécurisée, fluide, et pour terminer, très moins chers », a-t-il indiqué.

Il faut noter que le nom Sank tire son origine du nom du président Thomas Sankara. Et ce, parce que ses initiateurs partagent les mêmes idéaux que Thomas Sankara, c’est-à-dire la valorisation du consommons local.

« J’ai parlé de développement, j’ai parlé de local, j’ai parlé de la jeunesse, j’ai parlé du Burkina Faso, j’ai parlé du pays des Hommes intègres, on a calculé tout ça et on s’est dit que nous avons quelqu’un qui avait ces idéaux. Il suffit seulement de fouiller et avoir une idée de Thomas Sankara, et on dit voilà ce qu’il a dit, nous on va emboiter ce pas, et c’est ce qui a fait qu’on a donné le nom Sankara, mais comme c’est long pour une plateforme, on a dit Sank », a précisé le directeur général de Sank.

Plus de 10.000 personnes utilisent déjà Sank. Les transferts, et les dépôts de l’application Sank sont gratuits, et seuls les retraits sont facturés à 1%.

Lire aussi : Transfert d’argent : La plateforme « Sank » promet une révolution financière à la Thomas Sankara

Sié Frédéric KAMBOU

Burkina 24

Écouter l’article


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page