Forum régional sur la jeune fille à Ouaga : Tous « pour une Afrique favorable aux filles »

Le forum régional sur la fille organisé par l’ONG « Children Believe » en collaboration avec African Child Policy Forum (ACPF) et le gouvernement burkinabè, a refermé les portes de ses 72h d’échanges, ce mercredi 13 octobre 2021 à Ouagadougou. Des échanges avec des représentants gouvernementaux de 8 pays de la sous région, aux échanges avec des jeunes filles et acteurs de la société société civile, ce forum a été un lieu de recueil de suggestions et de recommandations dans un document qui sera soumis aux différents acteurs. 

31 participants dont 8 représentants gouvernementaux de la CEDEAO, des acteurs de la société civile et acteurs gouvernementaux du Burkina Faso ont pris part aux 72h de forum de l’ONG « Children Believe » en collaboration avec African Child Policy Forum (ACPF) qui a débuté le lundi 11 octobre 2021.

Ces échanges ont porté sur le thème « Pour une Afrique favorable aux filles ». Durant ces 3 jours, des communications sur la situation nationale de la jeune fille dans la zone CEDEAO, mais aussi au Burkina Faso en particulier, ont attiré l’attention des participants.

Selon la directrice du bureau régional pour l’Afrique de l’Ouest de « Children Believe », Mavalow Christelle Kalhoulé, l’objectif de ces 3 jours a été de s’accorder sur les actions prioritaires pour un Burkina favorable pour la jeune fille.

« Nous avons procédé à des présentations faites par les structures du gouvernement, la société civile, les coalitions des droits de l’enfant, la commission nationale des droits de l’Homme. Nous avons partagé des expériences en ayant à l’esprit la performance du Burkina sur ce sujet », a-t-elle expliqué.

Des ces questions abordées pour l’amélioration de la situation de la jeune fille, elle a entre autres cité la question de son éducation, celle de sa nutrition et les pesanteurs socio-culturelles auxquelles elle fait face. 

« En matière d’éducation scolaire, on est à 5% et celle secondaire, on est à 20%. Et cela, même si nous avons fait des progrès, il nous reste du chemin (…). Nous savons aussi que les filles souffrent de malnutrition et cela a une conséquence cognitive sur leur développement(…). Nous avons également parlé des questions de violences faites aux filles », a-t-elle cité. 

Au regard de toutes ces questions abordées, Mavalow Christelle Kalhoulé a indiqué que des suggestions ont été recueillies et seront soumises tant aux acteurs de la société civile que ceux du gouvernement et autres partenaires. 

« Dans ces documents, il y a des suggestions pour toutes les parties prenantes. Au gouvernement, nous constatons que des investissements sont faits. Donc nous lui demandons à ce qu’un processus de suivi soit établi pour permettre de retracer et d’optimiser  leur utilisation à l’égard de la jeune fille au Burkina », a-t-elle suggéré.

La directrice du bureau régional pour l’Afrique de l’Ouest de « Children Believe », Mavalow Christelle Kalhoulé

A la représentante du ministère en charge de la solidarité nationale, Ursule Kaboré/Bouda, chargée de mission, de rassurer la disponibilité d’accompagnement du département, au regard de la pertinence des propositions mises sur la table.  

Rendez-vous est pris pour d’autres activités du genre, à entendre les organisateurs. En ce qui concerne ce forum, un document est mis en place sur la base des suggestions et recommandations qui seront transmis aux participants. 

Abdoul Gani BARRY

Burkina 24

Écouter l’article


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page