Burkina Faso-Niger : Les renseignements pour mieux sécuriser les frontières communes

Le président nigérien Mohamed Bazoum arrivé au Burkina Faso le 17 octobre 2021 est en fin de mission, ce lundi 18 octobre 2021, après 48 heures de visite d’amitié et de travail avec son homologue Roch Marc Christian Kaboré. Les deux chefs d’Etat ont abordé entre autres les questions relatives à la coopération Niger-Burkina, à la sécurité et à l’intégration sous-régionale. 

Le tête-à-tête entre le président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré et celui du Niger, Mohamed Bazoum, a servi de cadre d’examiner la situation sécuritaire dans l’espace sahélien, de faire le bilan de la coopération entre le Burkina Faso et le Niger pour une consolidation de l’axe Ouagadougou-Niamey, l’intégration sous régionale, etc.

La question sécuritaire, les deux chefs d’Etat ont jugé la situation préoccupante causé par la volonté manifeste et persistante des groupes armées terroristes de s’incruster dans la zone des trois frontières entre le Burkina Faso, le Mali et le Niger.

C’était le lieu de s’y pencher. « Nous mutualisons davantage nos moyens et nous cordonnons davantage notre action. Les groupes terroristes sont devenus très actifs dans nos frontières ces dernies mois et cela commande de notre part des stratégies appropriées », a indiqué Mohamed Bazoum.

Pour le président du Faso, la lutte contre le terrorisme est une préoccupation majeure pour les populations et pour le développement des deux pays.

« Nous avons décidé ensemble de consolider la coopération entre nos ministères de la défense, de la sécurité, les renseignements, de manière à ce que nous puissions ensemble sécuriser les frontières communes que nous avons. Cela nécessite une grande coordination et nous sommes engagés à le faire », a confié Roch Marc Christian Kaboré.

Dans le cadre bilatéral, les deux chefs d’Etat ont exprimé leur satisfaction quant aux liens séculaires d’amitié, de fraternité, de solidarité et de coopération qui ont toujours caractérisé leurs relations et se sont engagés en instruisant les deux ministres en charge des affaires étrangères, à travailler à la redynamiser par la tenue prochaine de consultation bilatérales.

Aux niveaux régional et international, les deux chefs d’Etat ont passé en revue les questions relatives à la promotion de la paix, la sécurité et le développement de l’Afrique. La situation sociopolitique en république au Mali et en république de Guinée n’ont pas été en reste. Les deux présidents appellent à la mise œuvre des décisions des sommets de la CEDEAO pour un retour dans les délais convenu à l’ordre constitutionnel.

Le président nigérien a exprimé sa satisfaction quant aux discussions engagées. Il a  saisi l’occasion pour inviter son homologue burkinabè à une visite d’amitié et travail au Niger. « Nous l’attendons à Niamey pour que nous continuons cette discussion et que nous renforcions nos moyens », a-t-il dit.

Akim KY

Burkina 24

Écouter l’article


Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page