Journée internationale des personnes âgées : Des dons aux personnes vulnérables

Le Burkina a commémoré en différé, ce lundi 18 octobre 2021, la journée internationale des personnes du troisième âge à travers la remise de dons aux personnes vulnérables.

En marge de la célébration de la journée internationale des personnes âgées célébrée chaque 1er octobre, le ministère de la femme, de la solidarité nationale, de la famille et de l’action humanitaire a,  ce lundi 18 octobre 2021, célébré cette journée en différé à travers la remise de dons aux personnes vulnérables du 3eme âge.

« Le ministère a décidé de célébrer cette journée à travers la distribution de vivres sur les 13 régions et les centres spécialisés pour les personnes âgées. C’est Sakoula et Paspanga, des centres qui accueillent des femmes exclues ou accusées à tort de sorcellerie », explique Laurence Marchal Ilboudo, ministre de la solidarité.

D’un cout global de plus de 252 millions de FCFA, sur toute l’étendue nationale avec 52 millions de valeurs de vivres distribués sur les différents sites, plus de 28.000 personnes  vont bénéficier de cet appui.

Mulleya N. Vickness de la congrégation des femmes missionnaires d’Afrique, directrice du centre de Sakoula affirme que le centre à elle seule compte 194 personnes avec la majorité venant de Yako. Pour elle, ces femmes sont des femmes âgées vulnérables dont la prise en charge est intégrale. Elle affirme que cette année les dons du ministère ont été consistants.

« Gérer les personnes âgées du 3eme âge  n’est pas facile. C’est quelque chose qui demande beaucoup sur le plan financier et sanitaire », explique t-elle.

                            Protégés ces personnes contre le covid-19 à travers le vaccin

Il faut noter que la remise symbolique des dons a eu lieu sur trois sites à savoir le service social de Sig-Nonghin, le service social de Nongr-Maasom, la cour de solidarité de Sakoula et la cour de solidarité de Paspanga. Sur les différentes sites, la ministre a exhorté les responsables à faire le vaccin contre le covid-19.

« Aujourd’hui avec ce défi sanitaire que nous avons, nous voyons que c’est la cible la plus exposée à cette maladie. Il est impératif que ces personnes se vaccinent. Il est important de souligner qu’aujourd’hui nous avons beaucoup de polémiques autour du vaccin mais il faut aussi leur dire que s’ils nous font confiance, il faut bien qu’ils écoutent ce qu’on leur dit.

Sinon ca sera difficile pour nous de les protéger, s’ils ne nous font pas confiance. Nous, au niveau du gouvernement, si nous savions que ce vaccin n’était pas bon pour la population, d’abord on n’allait pas amener au Burkina Faso et deuxièmement nous-mêmes, nous ne serons pas vaccinés », soutient-elle.

Saly OUATTARA

Burkina 24

Écouter l’article


Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page