« Les trois lascars » : Le mari, l’épouse et la maîtresse, une relation devenue presque normale dans la société

Boubacar Diallo n’a pas perdu son style, celui d’aborder sous un ton comique des sujets de société. « Les trois lascars », sa fiction long métrage de 90 minutes  traite des questions d’infidélité dans les couples, dépeint les relations de la société contemporaine. « Les trois lascars » est le seul film burkinabè en compétition pour l’Étalon d’or de Yennenga pour cette 27e édition du FESPACO qui se déroule du 16 au 23 octobre 2021.

Sous la pression de leurs maitresses, trois amis organisent une virée hors de Ouagadougou avec pour alibi un voyage en avion sur Abidjan. Quelle catastrophe d’apprendre que l’avion dans lequel ils auraient embarqué a fait un crash. Comment revenir en vie ? Quelle sera la réaction de leurs femmes. La scène se passe à Ouagadougou et dans les encablures de la ville.

Le casting est réussi avec des acteurs qui incarnent parfaitement leur rôle. Les acteurs sont de visages connus de l’écran burkinabè et ivoiriens. On y retrouve Issaka Sawadogo, Mouna N’Diaye, Dieudonné Yoda, Irène Minoungou, l’artiste Ali Ponré, Les Ivoiriens,  Mohoula Kané, Zena Alizar, Khalil, Kady Touré, Eve Guehi. L’artiste Mariam Aida Niatta est celle qui crée la surprise dans son jeu d’acteur.

Boubacar questionne l’infidélité à travers trois couples. Avoir une maîtresse est devenu un rêve pour les maris et le statut de maîtresse est presque réclamé par les femmes. La chanteuse gabonaise « Shan’L l’a magnifié dans son titre « Tchiza », titre qui la propulse dans sa carrière. Ce sera d’ailleurs la musique choisie pour la dernière séquence du film.

Il est devenu presque normal pour l’homme d’avoir une maîtresse et à la femme au foyer de l’accepter. La série sénégalaise « Maitresse d’homme marié », qui l’illustre parfaitement, a aussi gagné le cœur de plusieurs téléspectateurs.

Boubacar Diallo promène sa caméra dans la vie de ces couples, à l’intérieur  de leurs maisons respectives, où ils sont de véritables hommes de caractère, des roitelets. Dehors avec leurs maitresses, ils sont les plus attentionnés, « toutous » aux petits soins de ces dernières.

On pourra s’interroger sur le mariage, l’union de deux personnes qui se sont juré fidélité et amour devant le maire ou le prêtre tant les uns et les autres, leurs rôles de maris infidèles et de maîtresses. Cauchemar pour les épouses, elles sont celles qui doivent accepter et pardonner.

Comment faire revenir à la vie, ceux-là qu’on pensait morts dans le crash ? Le réalisateur trouve le nœud du dénouement en recourant à la tradition, ces us et coutumes que l’homme dit moderne, rejette et y fait recours quand il fait face à des obstacles. Momo, l’un des personnages principaux, incarne bien ce fait. Initié dès son jeune âge, il n’oublie pas les enseignements de sa tradition qu’il rappelle de temps en temps même s’il n’a pas pu s’empêcher de suivre le comportement de ces deux amis : avoir aussi une maitresse.

Boubacar Diallo pose le doigt sur ces relations dans les couples, ce phénomène de maitresse sous un ton comique. La thématique parle à plus d’un. C’est le genre de films qu’on y prend plaisir à regarder après une journée chargée pour se détendre.

Ils ne sont pas déçus ceux qui l’ont vu. Il a refoulé du monde, ce lundi 19 octobre au ciné Burkina.  Cependant fera-t-il la surprise au soir du 23 octobre 2021 ? Pas étonnant pour un choix du public. La dernière projection « Les trois lascars » est prévu ce mercredi 20 octobre 2021, à 18h30, au Ciné Neerwaya.

Écouter l’article


Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page