Recherche et innovation dans la sous région : VaRRIWA referme les portes de ses 5 jours de réflexions

Les membres du comité de pilotage  du projet de Valorisation des Résultats de la Recherche et de l’Innovation en Afrique de l’Ouest (VaRRIWA) ont tenu un atelier à Ouagadougou du 18 au 22 octobre 2021. L’objectif de cet atelier était de procéder à l’évaluation des dossiers de candidature reçus au terme de l’appel à projets VaRRIWA.  Ce vendredi 22 octobre 2021, s’est tenue la cérémonie de clôture dudit atelier.

VaRRIWA est une réponse innovante au défi de la valorisation des résultats de la recherche et de l’innovation au Bénin, au Burkina Faso, au Sénégal et au Togo. D’une durée de quatre ans, elle est dotée d’un budget de plus de trois milliards de francs CFA.

L’initiative est portée par l’agence universitaire de la francophonie, en partenariat avec l’Agence Béninoise de Valorisation des résultats de la Recherche et de l’Innovation Technologique (ABeVRIT), l’Agence Nationale de Valorisation des résultats de la Recherche et des Innovations du Burkina Faso (ANVAR), l’Agence Nationale de la Recherche Scientifique Appliquée du Sénégal (ANRSA), la Direction de la Recherche Scientifique et Technique du Togo (DRST) et de Sorbonne Université.

« Le projet est d’une importance capitale et vise l’intégration sous régionale et pourquoi pas toute l’Afrique », a laissé entendre Pr Louis Sawadogo Directeur Général de l’ANVAR. Pour lui, le projet est  innovateur.

« Ce projet nous tient à cœur parce que c’est toujours le défi dans nos pays que ces résultats  de recherche puisse servir au développement socio-économique. Il rassemble dans un consortium les quatre pays de la sous-région à savoir le Bénin, le Sénégal, le Togo et le Burkina comme projet pilote », a-t-il ajouté.

En matière d’innovation, dit-il, sur 132 pays, le Burkina est classé 118ième, le Sénégal 102ième, le Togo 125ième et le Bénin 126ième. L’objectif global du projet VaRRIWA est de contribuer à la création d’un environnement incitatif au transfert de technologie et à l’innovation durable au Bénin, au Burkina Faso, au Sénégal et au Togo.

A ce titre, le projet a connu la participation des professeurs d’universités, des enseignants chercheurs, des membres de l’Union Européenne et des membres du Conseil Supérieur et Malgache pour l’Enseignement Supérieur (CAMES).

Selon le Dr Laurent Ilboudo, directeur Régional adjoint du projet AUF, la démarche en question est lancée pour répondre à trois défis. «  Le 1ier défi porte sur la formation. Former en masse les chercheurs, les innovateurs sur la protection de leurs résultats à travers des brevets mais surtout sur le transfert de la valorisation vers le milieu économique.

Ensuite le 2ième défi porte sur les dispositifs d’accompagnement à la valorisation. Renforcer leurs capacités techniques et financières pour que ces incubateurs puissent incuber des projets de création d’entreprise issue de la recherche scientifique. Enfin le 3ième défi vise le réseautage. L’objectif est de faire en sorte que les synergies  entre les chercheurs, les milieux économiques, la société civile, le système financier soient renforcées et que les acteurs tissent des synergies en faveur de la valorisation, de la recherche et de l’innovation », a-t-il  souligné.

En rappel, le projet a été lancé le 3 juin 2021 à Dakar. Sur 41 candidatures des 04 pays, soumis au projet, 10 projets ont été retenus car répondant aux critères de sélection. 04 ont été jugés infructueux.

« Ce projet vient à point nommé pour soutenir les  agents africains qui sont dans le domaine de la valorisation des résultats de recherche. C’est un projet régional qui va nous permettre de nous pencher sur la valorisation des résultats de recherches (…). Il est important de former les gens à la formulation des projets d’innovation. Les enseignants chercheurs ont besoin de formation pour la valorisation des résultats de recherche », a indiqué Maminata Traoré/ Coulibaly, ministre déléguée chargée de la recherche scientifique et de l’innovation.

Aminata Catherine SANOU ( Stagiaire)

Burkina 24 

Écouter l’article


Rédaction B24

L'actualité du Burkina 24h/24.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page