Caisse nationale d’assurance maladie universelle : Dr Yve Justin Kinda passe le témoin à Dr Alfred Ouedraogo

Après trois années passées à la tête de la caisse nationale d’assurance maladie universelle, Dr Yve Justin Kinda cède la place au nouveau Directeur Général Rakissida Alfred Ouédraogo. La cérémonie de passation de service a eu lieu ce mardi 26 octobre 2021 à Ouagadougou.

Nommé en conseil des ministres le mercredi 6 octobre 2021, Dr Yve Justin Kinda, le nouveau Directeur Général de la caisse nationale d’assurance maladie universelle, a été installé ce mardi 26 octobre 2021 par le secrétaire général de la fonction publique. Il remplace à ce poste Yve Justin Kinda, qui a piloté cette boite pendant trois ans.

Pour le DG sortant, c’est avec un sentiment du devoir accompli qu’il laisse cette boite même s’il reconnait qu’aucun travail humain n’est parfait.

« A mon actif, je peux dire qu’avec l’équipe que Dr Ouédraogo va piloter, nous sommes arrivés à dégager l’horizon. Il fut une époque ou personne ne croyait à l’assurance maladie universelle. L’hypothèse de la création d’un établissement public relevait de l’utopie. Aujourd’hui la caisse nationale d’assurance maladie fait partie du paysage institutionnel de notre pays. Nous pouvons nous en féliciter. Je pars heureux parce que nous avons posé une fondation, les premières prestations sont versées, nous avons pu réaliser les choses », confie-t-il.

Il ajoute que ce projet va servir à tous. En appelant ces anciens collaborateurs à apporter leur soutien au nouveau DG entrant, il dit être disponible à appuyer son successeur car dit-il, « c’est un projet où je suis forcement attaché ».

Rakissida Alfred Ouédraogo, celui qui a la charge de la CNAMU affirme que ses prédécesseurs ont travaillé ardemment à tracer le sillon, sur le plan institutionnel mais aussi à ancrer cette institution dans le paysage institutionnel de ce pays.

«  Nous comptons, au regard de ce qu’ils ont déjà tracé, travailler à vaincre l’ensemble des ressources humaines de la caisse pour lever la barrière financière. D’un point de vue de la santé, il y a deux types de barrières : L’accessibilité géographique et l’accessibilité financière. Si nous arrivons à lever cette barrière financière, ce serait pour le bonheur des populations, parce que cette barrière financière est un frein à l’accessibilité des soins », affirme-t-il.

L’ensemble des collaborateurs ont été appelés à soutenir le nouveau directeur général, pour la bonne marche de la société.

Saly OUATTARA

BURKINA24

Écouter l’article


Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page