Internet rapide au Burkina Faso : Le backbone national pour interconnecter les villes

Koudougou, la cité du cavalier rouge, a accueilli  l’inauguration des infrastructures du projet Backbone national des télécommunications (PBNT) en fibre optique, ce mardi 26 octobre 2021. Ce projet vise à répondre aux problèmes de connectivité au Burkina Faso.

Un tour d’horizon des différents  secteurs de développement socio-économique du Burkina Faso met en exergue une ruée des acteurs vers le potentiel qu’offrent les technologies de l’information et de la communication, pour améliorer leurs performances, et créer des services innovants à valeur ajoutée pour le bonheur des populations.

Un tel constat exige du Gouvernement la prise de mesures anticipatives fortes, pour construire une infrastructure de communication plus sure, afin de répondre efficacement à ce besoin. C’est donc dans cette vision que le projet Backbone national a été créé depuis 2000 dans tous les référentiels de développement du Burkina Faso.

« L’originalité du projet, c’est que l’Etat a entrepris de construire une infrastructure mutualisée, qui va servir non seulement à ses besoins, mais aussi aux besoins des acteurs du secteur, qui sont les opérateurs. Il va s’en dire que le Backbone en réalité, ce sont des réseaux qui permettent d’interconnecter les villes. C’est un peu à l’image des lignes hautes tensions de la SONABEL. Une fois qu’on arrive dans la ville avec une ligne haute tension, après il faut de la basse tension.

Donc dans le domaine des télécoms, on n’a pas l’ONEA ou la SONABEL qui va jusqu’à chez l’habitant, c’est des acteurs privés. Quand vous prenez votre téléphone, c’est Moov, c’est Telecel, c’est Orange ou bien c’est des fournisseurs d’accès internet. Maintenant, eux ils avaient des problématiques importantes, c’est-à-dire comment on arrive dans les villes. Donc ce projet, il nourrit les ambitions de l’Etat qui est plutôt de l’aménagement numérique du territoire », a expliqué Galiam Ouédraogo, coordinateur du projet.

Il poursuit qu’en termes de couverture nationale, le réseau s’étend sur 66 communes, donc 12 chefs-lieux de régions, 26 chefs-lieux de provinces, et 40 communes rurales, et s’étend sur une longueur de 2001 Kilomètres.

Les membres du PBNT, en compagnie du premier ministre

Le projet Backbone a coûté environ 59 milliards de FCFA

Le Premier Ministre, Christophe Joseph Dabiré, représentant le Président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré, patron de la cérémonie, s’est réjoui de représenter le Chef de l’Etat à cette cérémonie. Il a salué tous ceux qui ont mis du sien pour la réalisation de ce projet.

« Aujourd’hui, nous sommes à la conclusion de cette première phase, et ça démontre qu’il y a eu des efforts qui ont été faits, pour que nous arrivions à ce résultat… C’est l’occasion pour moi de féliciter, et de remercier tous ceux qui ont fait en sorte que nous soyons là aujourd’hui, en train d’inaugurer les 2000 KM de fibres optiques mises en place au niveau de notre pays », a-t-il indiqué.

Le projet Backbone national des télécommunications en fibre optique a été financé par l’Etat burkinabè et la Banque de Chine, à environ 59 milliards de FCFA. Le réseau Telecel a été sélectionné pour assurer la gestion du Backbone national. Son déploiement a été fait par HUAWEI Technologies.

Sié Frédéric KAMBOU

Burkina 24

Écouter l’article


Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page