Amélioration de la fourniture en Electricité : L’Afrique de l’Ouest veut aller vite et bien

La 16ème assemblée générale du système d’échange d’énergie électrique ouest africain (EEEOA) a ouvert ses portes à Ouagadougou, ce jeudi 4 novembre 2021. 

Comment répondre efficacement aux besoins énergétiques  de tous les secteurs dans un contexte où le déséquilibre entre l’offre et la demande est persistant ? Cette 16ème  assemblée générale du système d’échange d’énergie électrique ouest africain (EEEOA) est l’occasion pour le secteur énergétique et les bailleurs de fonds de répondre à cette problématique en vue de trouver d’autres alternatives pour remédier aux problèmes qui minent ce secteur.

« Notre souhait est qu’au sortir de cette rencontre, chers partenaires techniques et financiers (PTF), nous puissions lever l’essentiel  des goulots d’étranglement et bénéficier de financements plus importants de nos projets, de nos investissements et d’une assistance technique plus impactante », explique Pauline ZOURE /KABORE la ministre déléguée auprès du Ministre de l’Économie, des Finances et du Développement.

Cette rencontre des PTF de l’EEEOA, qui réunit l’ensemble des sociétés d’électricité de la zone CEDEAO a pour objectif de réfléchir sur comment travailler à mutualiser les forces à mettre en place ce commerce d’import-export de l’électricité, selon le ministre  en charge de l’énergie, Dr Bachir Ismaël Ouédraogo.

« Cette rencontre des partenaires financiers a pour objectif de voir comment nous allons financer tous ces investissements. Quand vous regardez les chiffres, le continent africain est le continent qui est le plus à la traine en matière d’accès à l’électricité. Notre zone, la CEDEAO, est encore plus à la traine quand nous regardons le continent africain.

Cette rencontre va permettre d’échanger, de mettre en place les mécanismes et d’aller vite, parce que dans ce 21e siècle, l’accès à l’électricité est devenu primordial que ce soit pour le développement de notre économie, la création d’emplois, la création de nos industries. Sans cela, nous allons toujours avoir des difficultés », explique-t-il.

L’EEEOA, qui a pour mission de promouvoir et développer des infrastructures de production et de transport d’énergie électrique régulier ainsi qu’assurer la coordination des échanges d’énergie électrique entre les Etats membres de la CEDEAO.

« Nous avons lancé depuis fin 2018 ce qu’on appelle marché régional de l’électricité. Ça sera effectif en 2022. En ce temps, tous les 14 états seront interconnectés », affirme Sédiki Douka, commissaire énergie et mines de la CEDEAO.

Le directeur général de la SONABEL, Baba Ahmed Coulibaly, laisse entendre que le tandem qu’ils forment est précieux et surtout déterminant dans l’instruction et la mise en œuvre des projets communautaires du EEEOA. Il a émis le souhait qu’à la fin de cette rencontre, de bonnes nouvelles puissent sortir notamment le financement de grands projets.

Saly OUATTARA

Burkina24

Écouter l’article


Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page