Joagni PARE : « Le Secret des cracks ou comment atteindre l’excellence scolaire et académique »

« Le Secret des Cracks ou Comment Atteindre l’Excellence Scolaire et Académique », c’est le titre provisoire d’un ouvrage écrit par Joagni PARE, un jeune Burkinabè résidant en République de Chine Taïwan. Attaché aux questions de leadership, d’éducation et de développement du Burkina Faso, Joagni PARE est également auteur du livre à succès international intitulé “Trading and Investing Advice That Made Me a Millionaire in the Stock Market”. Dans cette interview, il donne plus de détails sur son projet de livre en rapport avec l’excellence scolaire et académique, un projet accueilli et soutenu avec enthousiasme par des compatriotes de la diaspora et de la mère patrie.

Burkina 24: Vous avez tout récemment lancé un appel à contribution sur le thème « Le Secret des Cracks ou Comment Atteindre l’Excellence Scolaire et Académique ». Alors, de quoi s’agit-il exactement ?

Joagni PARE (J.P) : Effectivement, il s’agit d’un projet de livre sur lequel je travaille depuis quelque temps maintenant. Il s’agit pour moi d’identifier des personnes qui ont brillé sur les plans scolaire et académique, de les interviewer, d’écouter leurs histoires, d’analyser leurs habitudes de travail, de comprendre leurs points communs et de décrire leur parcours de réussite pour que cela serve de source d’inspiration pour la jeune génération qui a aujourd’hui besoin d’un accompagnement conséquent pour maximiser ses chances de succès aussi bien à l’école que dans la vie en général.

Burkina 24 : D’où vous est venue l’idée d’écrire un tel livre?

J.P: Le déclic est venu d’un simple constat alors que j’étais encore élève au lycée: J’ai remarqué que les enfants qui brillent à l’école—et cela a été par la suite corroboré par les témoignages de la majorité de ceux que j’ai pu interviewer jusque-là—sont le plus souvent incompris et victimes de préjugés déconcertants.

On attribue toujours leur réussite scolaire à tout sauf le travail. Juste un exemple: le jour où, par fierté nationale, vous vous rendez à l’école dans votre Faso Dan Fani, des gens vous diront que c’est sur recommandation de votre marabout. On cherchera toujours à faire un lien bancal entre votre port vestimentaire et le devoir qui arrive dans une semaine, dans deux semaines ou peut-être dans un mois.

C’est ridicule. Et pour un enfant dont la confiance en soi est encore chancelante, ça peut être frustrant et déroutant. Beaucoup de gens oublient que le succès—que ce soit à l’école ou dans la vie en général—est toujours le résultat d’une prise de conscience, d’une organisation méthodique et d’une discipline de travail que l’on s’impose à soi-même. C’est tout.

Au départ, l’idée était juste de raconter ma propre histoire. Dieu merci, du primaire jusqu’à l’université, j’ai eu un parcours qu’on peut qualifier d’exemplaire. Ce n’est pas pour me jeter des fleurs, mais j’ai partagé mes techniques et méthodes de travail avec des gens aussi bien au Burkina Faso qu’à l’extérieur du pays, et les résultats ont été vraiment très encourageants.

Burkina 24: Qui est votre cible?

J.P: Ce livre sera très utile à tous les élèves, à tous les étudiants, ainsi qu’aux parents d’élèves soucieux de l’accompagnement et de la réussite de leurs enfants. Les personnes que j’ai interviewées jusque-là ont aussi partagé avec moi le rôle que leurs parents ont joué dans leur cursus.

J’ai trouvé ces témoignages extrêmement édifiants et je suis convaincu qu’ils pourront inspirer d’autres parents d’élèves. Et lorsque les parents d’élèves jouent bien leurs rôles d’encadreurs, cela va certainement faciliter le travail des enseignants qui se battent dans des conditions extrêmement difficiles pour faire réussir les élèves et étudiants dont ils ont la charge.

Burkina 24: Vous l’avez dit, au départ c’était pour parler de votre parcours, de votre propre histoire. Mais finalement vous décidez d’incorporer aussi l’expérience d’autres personnes. Pourquoi?

J.P: Alors, quand je me suis retrouvé à l’Université de Ouagadougou (actuelle Université Joseph Ki-Zerbo) et plus tard à l’extérieur du Burkina, j’ai eu la chance de côtoyer et de connaître beaucoup de compatriotes aux parcours scolaires et académiques très brillants, voire plus brillants que le mien.

Parmi eux, il y en a qui avaient été des majors nationaux au BEPC ou au Baccalauréat. Sur le plan social, ils sont aussi très exemplaires. Je me suis dit qu’il serait plus utile d’inclure les expériences de tous ces compatriotes aux parcours exemplaires dans mon récit.

Certes nous avons des backgrounds différents, nous étudions dans des filières différentes, mais sur le plan de l’excellence scolaire et académique, nous avons des valeurs en commun qui pourraient être utiles à d’autres personnes. Je me suis dit qu’en prenant en compte les expériences de tous ces gens, le document serait beaucoup plus utile, plus objectif: le lecteur, quel que soit son background, peut trouver un récit qui pourrait l’inspirer.

A partir de 2014 j’ai donc commencé ce travail de recherche proprement dit en menant des entretiens approfondis avec des gens dont le parcours m’inspirait beaucoup. A l’heure où je vous parle, j’ai déjà eu la contribution de plus de 200 volontaires de tous âges, de toutes disciplines, et de toutes les catégories sociales.

Certains de ces cracks sont toujours au chômage, d’autres sont des entrepreneurs multimillionnaires. Certains sont toujours sur les bancs de l’école, d’autres sont déjà à la retraite. Certains ont été majors durant tout leur cursus scolaire, d’autres de façon intermittente. Certains ont été majors dans toutes les matières, d’autres dans une ou deux matières spécifiques. Certains ont tout simplement dû surmonter des difficultés inimaginables pour être là où ils sont aujourd’hui. Parmi eux, il y a des ministres, des hauts cadres internationaux, des athlètes et footballeurs internationaux. Ils ne sont pas tous des génies ou des surdoués. Mais ils ont tous quelque chose en commun: la culture de l’excellence.

Burkina 24: Mais justement, à quoi cela sert-il d’être excellent dans un système éducatif qui est lui-même décrié et accusé de n’être pas en phase avec les réalités du pays?

J.P: Ce n’est pas parce qu’on est mendiant qu’on n’a pas droit à un régime alimentaire sain et varié. Le mendiant intelligent c’est celui qui fait tout pour ne pas souvent tomber malade. Il sait qu’il n’a personne qui ira lui chercher à manger si jamais il venait à tomber malade. Il sait qu’il n’a pas de quoi s’offrir des soins médicaux si jamais il tombe malade. Bref, je suis d’accord avec vous que notre système éducatif actuel a besoin d’un toilettage profond. Cela est une nécessité et nous en sommes tous conscients. Mais ce n’est pas une raison pour nous ou pour nos enfants de se contenter de l’à-peu-près.

Au contraire, cela devrait être un motif suffisant pour nous d’exceller dans nos études. Du reste quand je parle d’excellence scolaire et académique, je ne parle pas en termes de notes. Au-delà des performances qu’on peut quantifier, c’est la culture des habitudes positives qui mènent à l’excellence qui compte le plus à mes yeux.

Pourquoi? Parce que les bonnes habitudes cultivées durant les années que nous passons sur les bancs de l’école nous suivront et serviront toujours aussi bien sur le plan professionnel que dans la vie en général.

Oui, le système éducatif a des problèmes, mais en attendant une réelle réforme de notre système éducatif pour lui permettre d’être en phase avec les réalités du pays, chacun de nous qui avons eu un parcours scolaire ou académique inspirant peut servir de sel et de lumière dans la vie de nos frères, sœurs ou enfants qui doivent toujours composer avec ce système. Ils ont besoin de nos conseils, de notre état d’esprit, de nos expériences, de nos habitudes et méthodes de travail. C’est pour cela que nous avons choisi de produire ce document exceptionnel.

Burkina 24: Que répondrez-vous à ceux qui disent que l’école n’est pas la seule voie de la réussite?

J.P: Ils ont parfaitement raison. L’école n’est pas la seule voie de réussite dans la vie. Et exceller sur le plan scolaire n’est pas nécessairement synonyme de réussite dans la vie. Mais quand on va jusqu’à vendre la dernière chèvre de la famille pour inscrire son enfant à l’école (comme c’est le cas de beaucoup de familles dans nos campagnes), ce n’est certainement pas pour qu’en fin d’année il revienne vous montrer un bulletin de notes signé “Redouble.”

Thomas Sankara l’avait bien dit: Mettre un enfant à l’école c’est investir. C’est investir en argent, c’est investir en temps, c’est investir en énergie, c’est investir en espoir. Et cet investissement doit être rentabilisé, ce qui veut dire que l’échec n’est pas permis. Il faut absolument réussir. Oui, l’école n’est pas la seule voie de réussite dans la vie, mais il n’est dit nulle part qu’il faut absolument échouer à l’école pour espérer réussir dans la vie.

Burkina 24: Réussir à l’école c’est bien, mais vouloir que tout le monde soit crack ou major de la classe, n’est-ce pas de l’illusion ?

J.P: Non, il ne s’agit pas de demander à chaque élève ou à chaque étudiant d’être major de sa classe. Cela n’aurait aucun sens. Il s’agit plutôt pour moi, à travers ce livre, de faire comprendre à chacun qu’il a l’obligation d’exceller partout où il se trouve, de se donner à fond dans ce qu’il fait sans chercher à se comparer aux autres.

Quand j’étais au lycée, il m’arrivait souvent de rater la moyenne dans une matière et d’être plus heureux qu’un camarade qui a eu 18 de moyenne. Pourquoi? Très simple: Je n’ai pas eu la moyenne, mais je suis très content de savoir que tout compte fait, j’ai donné le meilleur de moi-même. Je n’ai aucun regret.

Par contre, le camarade qui a 18 de moyenne n’est pas content juste parce que quelqu’un d’autre a eu 18.5/20 ou 19/20. En d’autres termes, son insatisfaction vient du fait qu’il cherche à dépasser tout le monde, plutôt que de voir le progrès qu’il a fait par rapport à ses performances antérieures. C’est de cela qu’il s’agit.

Burkina 24: Quel genre de profil peut participer à ce projet? Qui est qualifié pour prendre part à cet appel à contribution?

J.P: Alors, c’est très simple: Si vous avez été une fois major de votre promotion; si vous avez été parmi les six (6) premiers de votre classe; si vous avez été major durant tout votre cursus scolaire ou académique; si vous avez particulièrement excellé dans une ou deux disciplines données; si l’histoire de votre parcours scolaire ou académique a quelque chose de vraiment inspirant; si vous remplissez ne serait-ce qu’un seul des critères suscités, alors vous êtes prié de prendre part à ce projet.

C’est une opportunité pour vous d’être utile à la jeune génération et aux générations à venir. Aidez-nous à mettre à leur disposition des méthodes de travail diverses qu’elles pourront apprécier d’elles-mêmes.

Je sais qu’il y a des milliers et des milliers de cracks aussi bien à l’intérieur qu’à l’extérieur du Burkina Faso qui sont des modèles à étudier et à suivre. Je leur dis simplement ceci: Ne sous-estimez jamais ce que vous êtes et ce dont vous êtes capable. Quelque part dans votre parcours scolaire ou académique, vous avez inspiré des gens qui ont eu la chance et le bonheur de vous connaître physiquement.

Sans même vous en rendre compte, vous avez été pour eux une idole, un bon exemple à suivre. A travers ce gigantesque projet, nous voulons vous donner l’opportunité de continuer à inspirer et à impacter la vie des millions de jeunes qui, peut-être, n’auront jamais la chance de vous connaître physiquement. Et cela, vous pouvez le faire en partageant avec nous les secrets de votre réussite sur les plans scolaire et académique.

C’est ce qui se fait ailleurs en Europe, en Amérique ou en Asie. Ils ont compris une chose: quand l’univers vous bénit, c’est pour que vous soyez également une source de bénédiction pour les autres. Et cela vous pouvez le devenir en partageant avec les autres soit le fruit de votre richesse soit les valeurs qui vous ont permis d’attirer cette richesse, fut-elle matérielle ou spirituelle.

Cela est un peu rare chez nous en Afrique. Certes ceux qui réussissent dans nos sociétés sont très généreux avec leurs richesses matérielles. On aide les nécessiteux; on construit des mosquées, des églises, des temples; on fait des dons par-ci et par-là, etc. Mais on partage rarement les secrets de notre réussite avec les autres.

Or c’est ce type de partage qui permettra à ceux que nous aidons non seulement de ne pas dépendre éternellement de nous, mais aussi de savoir le prix à payer pour être là où nous sommes. La vérité est qu’il n’y a pas de Pâques sans Vendredi Saint, tout comme il n’y a pas de ramadan sans jeûne, prière et actes de charité.

En un mot, il n’y a pas de réjouissance sans souffrance et sacrifice préalable. Et il faut que ceux qui voient en vous un modèle de réussite sachent votre histoire réelle et le travail que vous avez dû abattre à l’ombre, sinon vous serez responsable de leur déperdition. Ce n’est pas de la vantardise que de faire comprendre aux autres pourquoi et comment vous êtes parvenu là où vous êtes aujourd’hui. Au contraire, c’est une forme d’humilité et de générosité, un signe d’intégrité et de reconnaissance envers le Créateur de l’univers.

Burkina 24: Pour ceux qui aimeraient contribuer à ce projet, comment vous contacter?

J.P: Tout volontaire qui veut participer à ce projet peut me contacter en écrivant à l’adresse email suivante:  [email protected]

Je vous enverrai par la suite un certain nombre de questions auxquelles je vous inviterai à répondre. Ces questions seront surtout en rapport avec votre parcours scolaire et académique, le secret de votre réussite sur ces plans, les difficultés que vous avez pu surmonter, vos plans et méthodes de travail et d’organisation, etc. Dans le document final, les participants auront la liberté de choisir de garder l’anonymat si tel est leur désir. Nous respecterons strictement votre choix.

Burkina 24: Vous êtes également auteur d’un livre à succès international intitulé « Trading and Investing Advice That Made Me a Millionaire in the Stock Market » publié en janvier 2021. De quoi est-il question dans ce livre?

J.P: Tout à fait. Ce livre est plutôt un recueil de conseils précieux qui ont forgé ma propre personnalité, changé ma mentalité et mon attitude envers le succès et l’argent, et aidé à bien rentabiliser mes investissements dans les marchés boursiers américain et chinois.

Il s’agit en fait de mes expériences dans le trading, plus précisément l’achat et la vente des actions en ligne. Je me suis auto-formé pour cela depuis 2018. Certes cela n’a pas été facile, mais Dieu merci, les efforts ont fini par payer au-delà même de mes attentes.

J’ai voulu donc à travers ce livre partager avec les autres ces conseils qui m’ont été très utiles en ce sens qu’ils peuvent vous aider à bien vous organiser pour réussir non seulement dans le trading, mais aussi dans l’entrepreneuriat, l’intelligence financière, le leadership, etc. Je l’ai publié sur Amazon en janvier 2021, mais actuellement il est également distribué sur des plateformes de renom comme Walmart, Eslite Store, etc.

Burkina 24: Un dernier mot ?

J.P: Merci à tous ceux qui ont déjà répondu positivement à cet appel à contribution. Et merci à tous ceux qui voudront bientôt exprimer leur volonté de contribuer. Je voudrais ajouter aussi ceci: Au-delà de votre propre personne, si vous connaissez des gens qui répondent aux critères suscités et qui pourraient être utiles à ce projet d’envergure nationale, veuillez-leur passer cet appel à contribution ou nous les référer. Ensemble, nous pouvons faire rêver la jeunesse. Merci et que Dieu nous bénisse davantage !

Écouter l’article


Rédaction B24

L'actualité du Burkina 24h/24.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page