Gendarmerie Nationale : L’USIGN rend hommage aux « immortels »

Les éléments de l’Unité Spéciale d’Intervention de la Gendarmerie Nationale (USIGN) tombés au front,  dans le cadre de la lutte contre le terrorisme ont reçu un hommage, ce  samedi 6 novembre 2021, dans la cour de l’USIGN, au sein de la gendarmerie nationale de Paspanga. Cette journée d’hommage  a pour objectif, selon les organisateurs, de permettre à leur mémoire de rester vive dans les esprits de leurs frères d’arme.

Permettre à la mémoire des éléments de l’Unité Spéciale d’Intervention de la Gendarmerie Nationale (USIGN) qui se sont engagés pour une cause noble et qui  sont  tombés au front de rester vive dans les esprits et  faire comprendre aux familles et leurs camarades frères d’armes qui sont encore là  que leur sacrifice restera éternel dans la mémoire collective des Burkinabè.

Tels sont les objectifs de cette journée d’hommage organisée par l’USIGN en la mémoire de ses éléments tombés.

Les frères d’armes des immortels ont aussi participé à la compétition.

« Nous avons voulu en cette journée rassembler les familles pour leur dire qu’on est ensemble. On ne les abandonne pas. Ils ont perdu leurs enfants et ils ont beaucoup d’autres enfants qui sont toujours engagés pour le combat.

Nous  avons  rassemblés les enfants pour leur faire savoir qu’ils font partie de la grande communauté militaire c’est-à-dire des gens qui ont choisi de faire un métier avec le risque de perdre la vie et que quand ça arrive, les familles ne sont pas abandonnées », a expliqué le Lieutenant-colonel Edvard Somda, commandant de l’USIGN.

Plusieurs activités ont été menées au cours de cette journée d’hommage. Il s’agit entre autres de la  messe en leur mémoire, un « doua » (Prière) à la mosquée, un recueillement sur les différentes tombes au cimetière, une compétition de tirs au pistolet automatique, des jeux de société.

Les photos des immortels tombés au front ont été exposé dans la cour de l’USIGN.

« On a décidé d’organiser des activités qu’on avait l’habitude de mener ensemble avec eux quand ils étaient parmi nous. On a organisé une compétition de tirs où les civils,  les familles, les camarades frères d’armes ont pu tirer », a expliqué Edvard Somda qui a noté  que le premier des civils et celui des FDS ont été primés.

Des civils ont pris part à la compétition du tir au pistolet automatique.

Le commandant  de l’USIGN a laissé entendre qu’il y a un engouement « exceptionnel » de la part des familles qui sont venues pour la plupart hors de Ouaga  et des autres civils. «  Ils sont venus pour être témoin de l’héritage que leur parent, leur enfant, leur mari, ont  laissé. Pourquoi on les appelle les immortels ?  Parce que dans notre mémoire ils resteront toujours vivants. On a même des citoyens qui ne sont ni parents proches, ni collaborateurs qui sont venus assister à cette journée. Ça nous fait vraiment chaud au cœur de savoir qu’il y a des Burkinabè qui compatissent et qui n’ont pas oublié le sacrifice que certains ont fait pour qu’ils vivent en paix », a-t-il expliqué.

Quelques civils qui se sont inscrits suivent les explications pour remporter le prix du meilleur tireur.

Les blessés de cette unité déjà rétablis ont également pris part à cette journée d’hommage. Par contre, certains d’entre  eux ont un handicap et n’ont pas  pu  participer. Selon le Lieutenant-colonel Edvard Somda, il y a une série d’actions qui est aussi organisée et orientée vers ces blessés.

Il s’agit entre autres, des visites à la maison ou à l’hôpital, des actions sur le plan social dont des accompagnements financier, physique et de l’aide pour leur course.

Des jeux de sociétés ont été organisés au cours de cette journée.

Le match de ballon militaire et la série de témoignages sont les activités qui ont clôturé cette journée d’hommage. La série d’hommage concerne ce que chacun d’entre eux a pu faire de son vivant et comment il a été rappelé à Dieu afin que ces sacrifices puissent rester dans la mémoire collective.

Le match de ballon militaire a été joué pour leur « dire que ceux qui sont restés continuent de tenir le flambeau haut », selon le Lieutenant-colonel Edvard Somda. 

Il est à noter que l’Unité Spéciale d’Intervention de la Gendarmerie Nationale (USIGN) a perdu une dizaine d’éléments dans la lutte contre le terrorisme. Cette cérémonie d’hommage en leur mémoire a lieu quelques jours après la commémoration du 61e anniversaire de la fête de l’armée. Au cours de ladite commémoration, tous les militaires (environ 478) tombés au front ont reçu un hommage, à travers une projection animée de leurs noms.

Alice Suglimani THIOMBIANO 

Burkina 24 

Écouter l’article


Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page