RPD de Luc Adolphe Tiao : 99% de jeunes pour répondre à une offre politique

Luc Adolphe Tiao, dernier chef du gouvernement de Blaise Compaoré, a officiellement signé le divorce avec le parti de « l’épi et de la daba » (CDP) en portant sur les fonts baptismaux, son propre parti politique dénommé, Rassemblement patriotique pour le développement (RPD) dont l’assemblée générale constitutive s’est tenue ce samedi 06 novembre 2021 à Ouagadougou.

Fin de suspens ! Luc Adolphe Tiao lance son propre parti après avoir démissionné du congrès pour la démocratie et le progrès (CDP) au mois de septembre. Un parti dont il affirme créér afin de répondre à une offre politique. Cette offre, renseigne-t-il, est que les Burkinabè aspirent de plus en plus à une nouvelle vision politique et un nouvel ordre fondé sur la confiance, la réconciliation et dans la paix.

Luc Adolphe Tiao a aussitôt réagi sur le fait que certains croyaient à sa retraite politique après avoir démissionné du CDP. Pour lui, l’heure est grave et le Burkina Faso a besoin de tous ces fils et filles pour « l’aider à sortir de la situation difficile à laquelle, il se trouve ». Donc, il ne devait pas se reposer, dit-il.  » On ne se repose que quand on n’a plus le choix ou quand on n’a plus la force« , a-t-il argumenté.

À l’écouter, la sécurité et la question de la réconciliation nationale sont devenues des préoccupations majeures pour le peuple burkinabè. Il a révélé que ces questions ont été à la base de la création du Rassemblement patriotique pour le développement (RPD). C’est ce dont le Burkina Faso a besoin aujourd’hui, a-t-il soutenu.

« Notre pays a besoin de sécurité et de paix. Sans sécurité et paix, nous ne pouvons pas rêver. Sans sécurité et paix, nous ne pouvons pas vivre dans la cohésion. Sans sécurité et paix,nous sommes laissés à nous-mêmes. La question de la sécurité est fondamentale pour notre parti« , a-t-il poursuivi.

La sécurité et la réconciliation

Luc Adolphe Tiao a mentionné que la sécurité et la réconciliation sont les deux questions majeures à l’ordre du jour de l’agenda politique du Burkina Faso. « Nous ne pouvons pas continuer à vivre en ennemis. Nous ne pouvons pas laisser triompher la haine, nous ne pouvons pas continuer à tolérer la cassure sociale que nous observons chaque jour. Si nous aimons notre pays, nous devons travailler ensemble comme l’indique du reste notre logo, Rassemblement patriotique pour le développement« , a-t-il commenté.

Également, il a signifié que le rassemblement dont prône son parti va au-delà des différentes conceptions politiques et des intérêts du moment. Le rassemblement pour nous, avance-t-il est essentiel pour permettre au Burkina Faso d’aller plus loin.

« Le rassemblement suppose qu’à un moment donné, nous puissions nous serrer les mains quels que soient les bords politiques dans lesquels nous sommes pour permettre au Burkina Faso d’aller encore de l’avant. La création de notre parti n’est pas un parti de plus. La création de notre parti est une volonté réelle à travers nos discours qui donneront aussi l’espoir encore davantage à tous les Burkinabè qui, pour une raison ou une autre finissent parfois à désespérer« , a-t-il noté.

La vision pour le Burkina

Il a également fait savoir que très prochainement son parti se prononcera sur son manifeste qui, selon lui, indique leur vision pour le Burkina. « Le manifeste qui nous rassemble, qui fait que, vous qui êtes venus de tous les horizons et qui prouvent que nous pouvons travailler ensemble« , a-t-il laissé entendre.

Il a confié que depuis la mise en place du parti, ils ne cessent d’enregistrer de diverses adhésions venant de tous les côtés, des partis politiques et des associations. Il a conclu que le RPD est un parti des jeunes qui s’en ont approprié. Environ 99 % de jeunes, selon lui.

Willy SAGBE
Burkina 24

Écouter l’article


Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page