Festival des identités culturelles 2021 : Des réalisateurs récompensés

Les rideaux sont tombés sur la 4e édition du Festival des identités culturelles (FESTIC) le samedi 6 novembre 2021 à Ouagadougou. La clôture du festival a été marquée par la récompense des meilleurs films projetés. 

Du 30 octobre au 06 novembre 2021 à Ouagadougou, s’est tenue la 4e édition du Festival des identités culturelles (FESTIC) sous le thème « Identité et vivre-ensemble ». Durant une semaine les populations du quartier Ouidi et de la cité universitaire de Kossodo ont vibré au rythme du FESTIC. Il s’agissait, entre autres, des projections cinématographiques, des conférences, de la nuit de la résilience.

La présidente du comité d’organisation du festival, Kadidia Sidibé, a fait savoir que cette édition est la meilleure par rapport aux autres. « On a fait une diversité culturelle avec des contes, le panel, un studio pour les enfants et des projections sur les deux sites de projection à savoir Ouidi et Kossodo », s’est-elle réjouie. 

Egalement, le directeur du FESTIC 2021, Wend-Lassida Ouédraogo, a indiqué que le chronogramme prévu a été respecté sans difficulté majeure.

« Chaque soir, sur nos deux sites de projections, on avait environ 400 personnes qui ont suivi de bout en bout les séances de projection. Nous avons également organisé un panel sur le thème de l’édition qui est « identité et vivre ensemble ». Le cinéma, en tant qu’outil d’éducation peut contribuer au vivre-ensemble. « Environ 200 personnes notamment des étudiants ont participé au panel », a-t-il laissé entendre.

A l’écouter, la nuit de la résilience qui visait à mettre des communautés à l’honneur pour permettre à la jeunesse de se redécouvrir à travers ces communautés, a été respectée cette année. Pour cette édition, c’était les communautés Peulh et Forgerons qui ont été à l’honneur.

Lire également 👉Cinéma : 24 films sélectionnés pour la 4e édition du FESTIC

En effet,  regroupées autour du feu, les communautés Peulh et Forgerons ont raconté leurs origines, leurs interdits, leur savoir-faire, leur appréhension du thème au profit des autres communautés.

Pour clôturer le FESTIC 2021, quatre films projetés ont été récompensés. Le grand prix est revenu à Bernadette Nsokika du Cameroun pour son documentaire « 800 EYES », la meilleure fiction à Déborah Basa Kabambi de la RDC pour son œuvre  « AWA », le prix du public à Marie Laurentine Bayala  du Burkina Faso pour son film « la lutte continue » et le Prix spécial du jury à Christine Allot-Bouty de la France pour sa réalisation « Dimdolobsom ». Par ailleurs, un trophée d’honneur a été décerné au parrain Philippe Sawadogo.

Laurentine Bayala, la lauréate du prix du public,
Laurentine Bayala, la lauréate du prix du public

Abdoul Razack Zida, représentant le parrain Philipe Sawadogo, a félicité le comité d’organisation. Il a précisé que le thème de cette année  sur le vivre ensemble, « c’est ce que le Burkina Faso recherche  au quotidien ».

En outre, Christine Allot-Bouty, lauréate et réalisatrice du film sur Dimdolossom, a indiqué qu’elle est allée à la découverte de cet homme. Pour elle, c’est une manière de restaurer la mémoire d’un intellectuel peu connu.

La lauréate du prix du public, Laurentine Bayala, s’est réjouie de l’adoption de son film par le public. « On fait toujours un film pour un public. Voir que le public reconnaitre le travail qu’on a fait me galvanise davantage à faire des films. C’est une grande reconnaissance pour moi, du fait que le public ait voté pour mon film », a-t-elle apprécié.

Le rendez-vous est pris pour la 5e édition FESTIC du 29 octobre au 5 novembre 2022 à Ouagadougou.

Jules César KABORE

Burkina 24

Écouter l’article


Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page