Demande de réouverture des frontières : Bala Sakandé peut faire mieux, selon Bassolma Bazié

L’Unité d’action syndicale (UAS) était face à la presse ce 9 novembre 2021 pour évoquer certains points sur la situation nationale. Elle est revenue sur la fermeture des frontières terrestres qui pénalise certains Burkinabè dont leurs sources de revenus ne dépendent que de ces voies.

Les frontières terrestres ont été fermées suite à l’apparition de la maladie à coronavirus en mars 2020. Pour le secrétaire général confédéral de la CGT-B, Bassolma Bazié, cette fermeture n’a pas de sens du moment où le Covid-19 est rentré au Burkina par la voie aérienne qui continue toujours de fonctionner au détriment de la voie terrestre.

« Regardez comment les gens souffrent ! On dit que le prix des denrées grimpe et on bloque les frontières. On ne comprend pas. La justification, on ne voit pas. Le Covid-19, est-ce que c’est  rentré au pays par les frontières terrestres ? Si on estime que c’est rentré par vol, les mêmes vols continuent. Les gens continuent de voyager », explique-t-il.

Pour lui, malgré cette fermeture, il y a des personnes qui voyagent à travers les voies détournées au niveau des frontières.

« Tous ceux qui passent par les voies qui ne sont pas contrôlées, qu’est-ce qu’ils transportent véritablement, en plus de la peine des usagers qui sont transportés, quels sont les types de matériels qui sont transportés dans cette période d’insécurité ? », se questionne-t-il.

Le secrétaire général confédéral de la CGT-B a affirmé que le président de l’assemblée nationale a exprimé son amertume sur cette situation lors d’une rencontre.

Pour lui, le président de l’assemblé nationale « doit aller au-delà de cette amertume » car la constitution lui permet, en termes de surveillance de la gestion gouvernementale, d’interpeller qui de droit et de faire ouvrir les frontières.

Pour rappel, le Burkina Faso a décidé de fermer ses frontières le 21 mars 2020 au moment où il enregistrait 40 cas pour freiner la propagation de la maladie à coronavirus. Et décide d’ouvrir les frontières aériennes le 1er août 2020.

Saly OUATTARA

Burkina

Écouter l’article


Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page