Le regard des syndicats des travailleurs sur la situation nationale

La relecture de la loi 028 portant code du travail, la situation sécuritaire, la privatisation de l’aéroport et le mouvement en cours des travailleurs de la mairie centrale de Ouagadougou ont été les points centraux de la rencontre de l’Unité d’action syndicale (UAS) avec la presse ce mardi 9 novembre 2021 à Ouagadougou.

Le syndicat des travailleurs est revenu sur certains aspects de la situation nationale, comme la relecture de la loi 028 portant code du travail. Le secrétaire général de la CGT-B, Bassolma Bazié, affirme que les concertations entre les partenaires sociaux (CNPB et UAS), les amendements portés par la CCT et le COTEVAL ont abouti à des innovations positives dans le projet même s’il reconnait que leur proposition partait au-delà.

« Ces innovations, même si elles ne donnent pas entièrement satisfaction à l’UAS, constituent des avancées par rapport aux dispositions de 2008. Pour nous, cette relecture est une occasion offerte à tous les acteurs, notamment l’assemblée nationale, d’adopter une loi sociale plus juste, à visage humain, respectueuse des droits fondamentaux au travail et gage de paix sociale.

L’UAS s’est fait le devoir d’interpeller l’assemblée nationale par une lettre ouverte en date du 03 novembre 2021, afin qu’elle agisse avec patriotisme en décidant du contenu du nouveau code du travail, destiné à régir les relations entre les producteurs des richesses et leurs employeurs et surtout de garantir les principes de droits fondamentaux des travailleurs », dit-il.

En ce qui concerne la situation sécuritaire que vit le Burkina Faso, l’UAS affirme qu’il est plus urgent de se pencher sérieusement sur cette question de l’insécurité dont souffrent les populations de plus en plus nombreuses et ce, dans la quasi-totalité des régions du pays.

« Si les gens n’ont pas de matériels sur le terrain, s’ils ne sont pas motivés, il y a un problème. Vous imaginez la zone de l’Est, pour passer à partir de Gounghin pour arriver à Fada-Goris, vous aurez un tronçon de moins de 60km, vous risquez de passer 3h de temps voire descendre du goudron pour rouler. Il y a combien de voix qui se sont levées depuis longtemps interpeller pour que les voies soient goudronnées« , explique t-il.

Le syndicat des travailleurs dit apporter son soutien aux travailleurs de la mairie en exigeant des autorités un traitement diligent du dossier. Ces travailleurs de la mairie centrale affiliés à la confédération syndicale burkinabè qui, depuis plus d’une année sont en mouvement pour revendiquer leurs droits tels que le paiement d’arriérés de salaires, déclaration à la CNSS.

L’UAS est revenue sur la privatisation de l’aéroport de Ouagadougou. Le syndicat affirme que les travailleurs sont frustrés de n’avoir pas été associés à ce projet.

« Le collectif des syndicats de l’aéronautique qui ont dit que même le plan de construction de l’aéroport de Donsin, il ne l’ont pas. Comment vous allez dire que ces gens sont des partenaires sociaux »? Des gens qui sont dans une commission, et brutalement vous ne les convoquez plus. Vous décidez dans l’ombre et ils sont mis devant  les faits accomplis. Parce que les syndicats de l’aéronautiques vont vous dire la vérité pour recadrer que vous ne les convoquez plus« , conclut Bassolma Bazié. 

L’UAS affirme qu’elle suivra de très près ces questions et continuera d’interpeller les autorités sur le rôle régalien dans la défense de la patrie à tous les niveaux et apportera sa contribution à leur règlement dans le sens des intérêts des travailleurs.

Saly OUATTARA

Burkina24

Écouter l’article


Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page