Éditions 2016 et 2018 du SIAO : Lettre ouverte relative à des factures impayées

Ceci est une lettre ouverte d’un Groupe d’artisans et de prestataires de services des éditions 2016 et 2018 du SIAO, relative au règlement des factures impayées, adressée au Premier ministre.

Groupe d’artisans et de prestataires de services

des éditions 2016 et 2018 du SIAO

Tél : 70 49 81 20 / 78 66 38 55

Ouagadougou, le 09 Novembre 2021

                          A

Son Excellence Monsieur le Premier Ministre

Objet : Lettre ouverte relative                                    

au règlement des factures impayées                                     

des éditions 2016 et 2018 du SIAO

Monsieur le Premier Ministre,

Par lettre en date du 20 octobre 2020, nous, Groupe d’artisans et de prestataires de services des éditions 2016 et 2018 du Salon International de l’Artisanat de Ouagadougou (SIAO), composé de prestataires des secteurs de la presse, de l’hôtellerie, de la billetterie, de la restauration, des transports, des artisans et de l’animation, sollicitions votre précieuse intervention pour le règlement de nos factures impayées correspondant à des prestations de services dans le cadre des éditions 2016 et 2018 du SIAO.

Après plusieurs démarches et suite à vos interventions et orientations, les prestataires des secteurs de la presse, de l’hôtellerie et de la billetterie ont été payés en 2020. Sur ce, Excellence Monsieur le Premier Ministre, nous vous exprimons notre profonde gratitude pour cette diligence en faveur de l’apurement des factures d’une partie de ces prestataires.

Aussi, sommes-nous reconnaissants du quitus donné par le Conseil des Ministres, cette année 2021, pour le règlement effectif des factures des restaurateurs. Désormais donc, seuls les transporteurs, les artisans et l’animation n’ont pas encore été payés, soit 11 personnes pour des factures impayées d’environ 60 millions de F CFA.

Notre situation est d’autant plus incompréhensible que pour des factures impayées dans des conditions similaires, une partie des prestataires a été payée et l’autre partie est dans une attente interminable. En effet, le Ministère de l’Economie, des Finances et du Développement (MINEFID) s’est muré dans un silence et/ou dans un mépris vis-à-vis de notre doléance, malgré les instructions que vous avez données en faveur du règlement de nos factures.

Monsieur le Premier Ministre,

Voilà maintenant presque cinq ans que nous travaillons pour rembourser des crédits que nous avons dus contracter auprès de personnes physiques et morales, mais aussi des institutions financières pour effectuer les prestations dont le SIAO nous est redevable. Dans un contexte où l’impact de l’insécurité et de la pandémie de Coronavirus pèse toujours sur nos modestes entreprises, la plupart des prestataires que nous sommes, peinons à joindre les deux bouts. A titre d’exemple, le Réseau des Caisses Populaires du Burkina (RCPB) a déjà saisi la maison d’un d’entre nous, parce qu’il n’a pas pu honorer le prêt qu’il a contracté avec la Caisse.

Il est connu de tous qu’au même titre que le premier quinquennat de Son Excellence Monsieur le Président du Faso, Roch Marc Christian KABORE, son deuxième mandat accorde une place de choix à l’auto-emploi des jeunes et à l’accompagnement du secteur privé dans la création de richesses en vue d’un développement harmonieux de notre pays. C’est dans cette situation, Monsieur le Premier Ministre, qu’à travers cette Lettre Ouverte, nous attirons votre attention et sollicitons auprès de votre haute bienveillance, le paiement de nos factures afin de permettre à nos entreprises de se relancer et créer davantage d’emplois et donc de richesses.

Veuillez agréer, Monsieur le Premier Ministre, l’expression de notre profonde considération.

Le Porte-Parole

TONDE Jaque

Ampliation

-Sidwaya

-L’Observateur Paalga

-RTB/Radio

-Radio Omega

-Savane Média

-Lefaso.net

-Burkina24.com

-AIB

Écouter l’article


B24 Opinion

Les articles signés B24 Opinion sont soumis par nos lecteurs et/ou des libres penseurs et n'engagent que la responsabilité de leurs auteurs.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page