Programme d’urgence pour le Sahel au Burkina Faso : Les acteurs en conclave

Le premier ministre, Christophe Dabiré, a présidé ce vendredi 12 novembre 2021 à Ouagadougou, la deuxième session 2021 du conseil d’orientation stratégique (COS) du programme d’urgence pour le sahel au Burkina Faso.

 La deuxième session 2021 du conseil d’orientation stratégique (COS) du programme d’urgence pour le Sahel au Burkina Faso (PUS-BF) s’est ouvert à Ouagadougou, ce vendredi 12 novembre 2021. Cette session, présidée par le premier ministre Christophe Joseph Marie Dabiré marque la fin de ce programme.

Le premier ministre a affirmé que le PUS-BF  est arrivé à ses termes en cette  fin année 2021. Une période au cours de laquelle le devoir les interpelle à mener avec objectivité et sans complaisance la réflexion sur les perspectives de ce programme.

«  Le constat qui se dégage après ces quelques années de lutte contre l’hydre terroriste est que les nombreux investissements réalisés dans la célérité ont changé qualitativement les conditions de vie des populations cibles. Cependant, malgré ces efforts sans précédents en terme d’investissements physiques, il importe de noter que les préoccupations en matière de consolidation de la paix et de cohésion sociale demeurent et les populations sont toujours en attente de recouvrer la quiétude dans leurs contrées », explique-t-il.

                                               L’insécurité grandissante

Le chef du gouvernement a laissé entendre que cette persistance de l’insécurité impose de poursuivre ce programme en le renforçant.

« Dans mon discours sur la situation de la Nation livré devant la représentation nationale le 20 mai dernier, j’avais pris l’engagement de redynamiser ce programme sur le prochain quinquennat à travers l’intensification des actions inscrites », dit-il.

Les perspectives de la rencontre

A l’issue de cette rencontre, Pauline ZOURE /KABORE, ministre déléguée auprès du Ministre de l’Économie, des Finances et du Développement, chargé de l’Aménagement du Territoire et de la Prospective, a affirmé que le conseil d’orientation stratégique du PUS-BF a examiné au cours de cette session,  certaines questions fondamentales. Il s’agit du bilan de 2017 à 2020 de la mise en œuvre du programme, ensuite la nouvelle posture à adopter pour la continuité du programme et des recommandations.

« Au titre du premier point, la première des choses qui a été relevé c’est la vision et la clairvoyance ainsi que le leadership qui  a été affiché dans la mise en œuvre de ce programme qui a été utilisé comme étant un instrument complémentaire à la stratégie militaire que nous avons adoptée dans les zones de fragilité et de violence.

Il y a eu un écho favorable auprès de nos partenaires avec des résultats satisfaisants. En termes de bilan financier,  nous en sommes à pratiquement  300 milliards qui ont été investis et qui correspondent à 47 % de taux d’exécution. La nouvelle posture que va adopter le programme d’urgence pour la période 2021-2025, c’est de faire une certaine concentration des actions pour plus d’impact.

Nous allons essayer de regarder quels sont les segments les plus pertinents sur lesquels il faut agir et de manière massive pour que nous puisons produire des impacts rapides. La deuxième, c’est que nous devons fédérer nos actions avec les plans de stabilisation que nous avons déjà mis en place. L’autre élément qui a été dit, c’est que nous puissions relire la mesure d’allégement qui accompagne la mise en œuvre chaque année du programme pour que cette mesure puisse aller jusqu’à la question des réceptions des marchés », explique Pauline Zouré.

Il faut noter que pour apporter une réponse appropriée aux défis sécuritaires auxquels le Burkina Faso est confronté depuis 2015, le gouvernement a organisé une tournée interministérielle dans les régions du Sahel et du Nord en vue de constater de visu les conditions de vie des populations et recueillir leurs préoccupations. C’est à l’issue de cette tournée que le gouvernement a procédé à la mise en place en 2017 du programme d’urgence pour le sahel au Burkina Faso.

Saly OUATTARA

Burkina24 

Écouter l’article


Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page