Le FILEP 2021 recommande la réouverture diligente des frontières terrestres

Dans la soirée de ce vendredi 12 novembre 2021, a eu lieu la cérémonie de clôture de la 9ème  édition du Festival International de la Liberté d’expression et de la Presse (FILEP) à Ouagadougou. Des recommandations ont étés formulées pour la résilience des médias africains.

Placée sous le thème « Au carrefour des crises sanitaire, sécuritaire, politique et des mutations techno-logistiques, construisons des médias résilients au service des citoyens africains », la 9e édition du FILEP a pris fin ce vendredi 12 novembre.

Durant 3 jours, les participants à ce festival  ont mené des réflexions sur la résilience des médias face aux différentes crises et mutations qui assaillent la profession de journaliste. Des recommandations ont été formulées au cours de ces réflexions.

Entre autres, la 9ème  édition du FILEP recommande aux Etats africains la prise de mesure nécessaires pour la sécurité physique et juridique des professionnels de l’information et la protection des journalistes en exil ou en quête de refuge sur leur territoire, de mettre en place des fonds de soutien technique matériel et financier conséquent en faveur des entreprises de presse privée pour améliorer les conditions de vie des journalistes.

Aussi, les festivaliers demandent aux organisateurs du FILEP de consacrer la prochaine édition à la réflexion sur les nouveaux modèles économiques des entreprises de presse et les profils professionnels dans le contexte de la digitalisation.

Un appel a, par ailleurs, été lancé aux Chefs d’Etat des pays membres de la CEDEAO pour la réouverture diligente des frontières terrestres avec un dispositif de contrôle sanitaire similaire à celui appliqué dans les aéroports afin d’atténuer la souffrance des populations.

Siriki Dramé, président du comité d’organisation s’est réjoui de la tenue effective du festival  qui est devenu, selon lui, un rendez-vous incontournable au niveau de la défense de la liberté d’expression et de la presse mais aussi la forte mobilisation des journalistes venus des différents pays.

« On peut dire que ça a été une grande satisfaction pour le centre national de presse Norbert Zongo de réussir à tenir la 9ème  édition dans des conditions très difficiles. Nous espérons que la prochaine édition sera tenue avec beaucoup plus de facilité. Nous saluons également la contribution des participants qui se sont eux-mêmes pris en charge pour le voyage. Nous sommes très satisfaits », a indiqué Siriki Dramé.

Le ministre en charge de la communication Ousséni Tamboura a tenu à réaffirmer la volonté du gouvernement à toujours œuvrer pour la liberté de la presse au Burkina Faso.

Flora KARAMBIRI

Burkina 24 

Écouter l’article


Rédaction B24

L'actualité du Burkina 24h/24.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page