Assassinat de Thomas Sankara et autres : Belemlilga Albert Pascal Sibidi s’en lave les mains

L’audience a repris ce lundi 15 novembre 2021 au Tribunal militaire délocalisé à Ouaga 2000, avec notamment l’interrogatoire de Belemlilga Albert Pascal Sibidi, Adjudant-chef à la retraite, en service à l’EMC (Escadron Motocycliste Commando) au moment de l’assassinat de Thomas Sankara et ses 12 compagnons. L’homme à la barre est accusé de complicité d’attentat à la sûreté de l’Etat. Mais l’accusé ne reconnaît pas les faits.

Belemlilga Albert Pascal Sibidi, faisait partie de l’escadron motocycliste de Pô au moment des faits. Il fait partie de ceux qui ont pris d’assaut le camp CRS de la Force d’Intervention du Ministère de l’Administration Territoriale et de la Sécurité (FIMATS), juste après l’assassinat du président Thomas Sankara et ses 12 compagnons au Conseil de l’entente.

L’accusé plaide non coupable et relate sa version des faits. Il dit être venu à Ouagadougou pour participer à une compétition de volley Ball pour le compte de l’équipe de la présidence.

« On était au terrain au conseil en train de nous échauffer en tenue de sport quand les coups de feu ont commencé. Après les coups de feu, Kaboré Bernard nous a dit d’aller porter nos tenues (militaires) et de les rejoindre au camp CRS. Arrivé, j’ai demandé ce qu’on était venus faire ici. Kaboré Bernard m’a dit qu’on est venus pour neutraliser la FIMATS. Le travail était déjà fait. 

Il m’a demandé d’aller reconnaître l’axe de Palestine-Rond-point de Kolgnaaba, car il dit qu’il y a eu des coups de feu là-bas également. En partant, j’ai vu des véhicules calcinés et j’ai continué jusqu’au carrefour de Baskuy. En tournant, j’ai vu le Lieutenant Gaspar Somé de l’ETIR (Escadron de Transport et d’Intervention Rapide) qui m’a demandé si on avait bien fait notre travail. 

Et il m’a dit ‘est ce que tu sais que le président Sankara est mort ?’ Il m’a aussi dit que lui il vient de tuer son chef de corps (Michel Koama) et qu’il allait rendre compte au Conseil. J’étais découragé. Il m’a donné sa bouteille de Whisky, que de prendre un coup et ça allait me détendre et j’ai pris », a-t-il relaté à la barre.

L’accusé ne reconnait pas avoir posé d’acte à part la mission de reconnaissance à lui confiée par son chef. 

Écouter l’article


Articles similaires

Un commentaire

  1. Un co-accusé qui fait tomber tout l’argumentaire de Djiendere

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page