Burkina : Les RITLAMES pour promouvoir les langues nationales à travers le théâtre

L’Association « Kala-Kala théâtre » en commun accord avec les « Plaisirs chiffonnés » organise du 18 au 20 novembre 2021 à Ouagadougou, les rencontres internationales de théâtre en langues maternelles (RITLAMES). Une initiative qui vise à promouvoir les langues nationales à travers le théâtre.

Les participants à cette première édition des rencontres internationales de théâtre en langues maternelles (RITLAMES) auront droit à des spectacles notamment des théâtres, des contes, des humours, des marionnettes et du slam en langues maternelles.

Il est aussi prévu des rencontres professionnelles, des ateliers d’initiation en transcription dans les langues maternelles, des débats, des panels pour faire l’états des lieux des langues maternelles dans le processus de création artistique et l’enseignement des langues maternelles.

Le promoteur des RITLAMES, Sidiki Yougbaré a signifié que cette activité vise à promouvoir des langues maternelles parlées au Burkina Faso en particulier et en Afrique de façon générale au moyen du théâtre. À l’entendre, l’initiative remonte à 2006 après  avoir écrit un texte en mooré.

« Ça nous a poussé à réfléchir et on s’est  demandé mais pourquoi ne pas mettre en place un festival qui va faire la promotion de nos langues. Pourquoi être tout le temps dans le français et alors que nos langues chôment et portent aussi une poésie et une certaine musicalité qui peuvent concurrencer le français« , a-t-il avancé.

Pour Sidiki Yougbaré, aujourd’hui, il faut accepter que « nos langues portent un savoir et accepter que nos langues ne sont pas de petites langues. Au départ, on avait nommé le festival RITLAVES donc langues vernaculaires, quand on a eu des rencontres avec certains chercheurs, ils nous ont dits de mettre langues maternelles. Donc le projet est né pour promouvoir nos langues« . Il a souligné qu’accepter sa langue c’est accepter  soi-même. Et toutes les langues sont concernées.

Paul Zoungrana, parrain de cette première édition des RITLAMES a noté qu’au moment où le pays fait face à une insécurité de plus en plus grandissante, cette initiative vient résoudre un problème « fondamental » au Burkina Faso. Selon lui, si les langues maternelles étaient mises en avant, cela aurait atténué un peu la situation.

« Et il faut que tout le monde se batte depuis l’État, depuis nos autorités pour qu’on en fasse une force pour notre pays et pour la visibilité de notre pays à l’international« , a-t-il lancé.

Le parrain des RITLAMES a affirmé que valoriser les expressions artistiques dans les langues maternelles est d’une importance « capitale » afin de trouver les solutions endogènes durables. Et les RITLAMES permettront de promouvoir un théâtre de proximité et accessible à tous.

Rappelons que les promoteurs de RITLAMES ont mis en place une bibliothèque en ligne pour recenser les textes de théâtre en langues maternelles des artistes. Les activités se tiennent sur deux sites notamment à  l’espace culturel Gambidi et au centre culturel Pan-taabo à Saaba.

Willy SAGBE

Burkina 24

Écouter l’article


Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page