Burkina Faso : Problème d’Internet, mobilisation à Ouaga contre le convoi militaire français

De nombreux Burkinabè n’arrivent pas à avoir accès à la connexion Internet depuis hier samedi 20 novembre 2021 vers 22h30. C’est le constat fait à travers plusieurs villes du pays jusque dans la soirée du lendemain dimanche 21 novembre. Est-ce lié à la situation nationale ? Aucune information officielle ne permet de répondre à cette question.

Les données mobiles des trois compagnies de téléphonie ne répondent pas depuis le samedi 20 novembre 2021 dans la nuit. Seules quelques connexions Wifi marchent. Jusqu’à 15h45, ce 21 novembre, plusieurs médias notamment en ligne rencontrent des difficultés pour mettre à jour leurs différentes plateformes d’informations.  

Il faut noter que la situation nationale est tendue ces derniers temps avec entre autres le blocage du passage d’un convoi de l’armée française surtout à Kaya dans la région du Centre-Nord et des appels à manifestations tous azimuts pour la démission du Président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré. Une marche est d’ailleurs prévue le 27 novembre 2021 pour réclamer notamment la démission du Chef de l’État. 

Boulmiougou : Des manifestants contre «le passage d’un convoi de l’armée française»

A Kaya, au troisième jour du blocus, les manifestants ont convergé par centaines vers le parking où l’armée française s’était retranchée la veille (vendredi 19 novembre 2021) à l’entrée de la ville. La situation était très préoccupante, selon l’Agence d’information du Burkina (AIB). Acculée de toute part, l’armée française a fini par procéder à des tirs de sommation.

Au moins trois blessés ont été enregistrés. Dans la foulée, un drone appartenant à l’armée française et qui survolait les manifestants a été abattu par un jeune enfant à l’aide d’un lance-pierres, faisant du petit un « héros national ».

Le gouverneur de la région du Centre-Nord, Casimir Séguéda, et le Maire de Kaya ont rejoint dans l’après-midi du 20 novembre, le lieu des manifestations. Le gouverneur a annoncé qu’au nom du gouvernement, l’armée française ne passera pas une troisième nuit à Kaya et qu’elle quittera le territoire burkinabè.

Casimir Séguéda a demandé aux manifestants de libérer le passage pour permettre au convoi militaire français de rebrousser chemin sur Ouagadougou. Mais quelques jeunes réticents ont exprimé le besoin d’accompagner le convoi français jusqu’à Korsimoro. 

Aux dernières nouvelles, le calme est revenu à Kaya et le convoi militaire français a effectivement pris la route de Ouagadougou en passant par la ville de Ziniaré, selon l’AIB. 

Boulmiougou : Des manifestants contre «le passage d’un convoi de l’armée française»

Mais, encore une fois dans la Capitale, des jeunes se sont mobilisés à la sortie Est notamment pour, disent-ils, faire barrière au convoi, même si beaucoup affirment ne l’avoir pas encore aperçu.

Selon l’Agence d’information du Burkina (AIB), des centaines de personnes sont mobilisées ce dimanche 21 novembre 2021 depuis 16h à Fada N’Gourma (Est), érigeant de nombreuses barrières, pour s’opposer à un éventuel passage du convoi militaire français qui se rend au Niger.

Écouter l’article


Rédaction B24

L'actualité du Burkina 24h/24.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page